Les acouphènes : ce mal du siècle

Perte d’audition, stress : les acouphènes défient la médecine conventionnelle qui se perd en conjectures. La sophrologie, ou la médecine chinoise peuvent aider, mais pas toujours. Quelques conseils pour se soulager…

Si en décembre , vous entendez les cigales, les grillons ou des sifflements d’oiseaux , le réchauffement climatique n’est pas en cause : vous souffrez sans doute comme 20% à 30% de la population d’un phénomène désagréable, l’acouphène. Différentes causes sont à l’origine de ce symptôme : une consultation médicale est nécessaire afin d’éliminer les plus rares comme une tumeur (neurinome de l’acoustique) ou d’autres plus fréquentes : hypertension , effets secondaires médicamenteux, bouchon de cérumen ou hypoacousie. Des spécialistes vont font passer un « bilan cochléovestibulaire » qui consiste en de nombreux tests non douloureux pour recueillir les réponses de l’organisme : poursuite oculaire, électroencéphalographie…

Le stress ?

Des traumatismes sonores, une exposition au bruit ou à la musique à haute intensité, l’utilisation d’écouteurs endommagent de façon irréversible les cellules ciliées de la cochlée. La perte d’audition s’accompagne alors d’acouphènes qui seraient « un bruit fantôme », une réponse du cerveau aux dommages subis par l’oreille interne.

« La cause la plus fréquente » nous précise le professeur Frédéric Venail du CHU de Montpellier, un des meilleurs spécialistes français, c’est la perte de l’audition et c’est aussi la plus facile à soigner : un appareillage auditif associé à une thérapie sonore (qui consiste à faire écouter au patient des bruits blancs ) donnent d’excellents résultats ! Quand l’oreille interne est en cause, nous traitons avec succès. Là où ça se complique, c’est lorsque la cause des acouphènes reste indéterminée. L’humeur du patient en est souvent affectée. D’autres thérapies peuvent être proposées comme la sophrologie ou éventuellement la stimulation magnétique transcrânienne »

Notons pour terminer l’apparition relativement fréquente de ces phénomènes lors de périodes de stress ou de dépression mais la plupart du temps, il se crée une habituation du cerveau et bientôt le sujet les oublie.

A Montpellier, le grand spécialiste des acouphènes est le docteur Frédéric Venail du pôle neurosciences Tête et Cou de l’hôpital Guy de Chauliac. Contact au 04.67.33.68.90/04.67.33.68.02 ou orlb@chu-montpellier.fr ou f-venail@chu-montpellier.fr

Des conseils pour vous soulager

Testez la technique du tambour céleste

Si vous faites partie de ces patients à la recherche de solution, vous pouvez tester la manœuvre dite du tambour céleste préconisée par certains ostéopathes : il s’agit de plaquer la paume de la main sur l’oreille et les doigts sur l’arrière du crâne, les deux majeurs se touchant. En plaçant le majeur sur l’index, le faire rouler d’un coup sec et claquer sur le crâne. Ce geste repris une dizaine de fois, en se concentrant sur la respiration, soulagerait certains sujets.

Vérifiez votre mâchoire 

Des douleurs dans l’articulation temporo-mandibulaire et des crispations de la mâchoire, des dents en contact au repos, peuvent signer un dysfonctionnement et s’accompagner de phénomènes auditifs. Une consultation chez l’ostéopathe peut s’avérer utile. Le port d’une gouttière dentaire est éventuellement proposé. Certains nerfs faciaux peuvent être en cause : ceux dont les points de sortie se situent au niveau du conduit auditif interne ou près du rocher (os de la base du crâne derrière l’oreille).

Massez l’arrière de vôtre crâne

Si vous êtes sujets aux névralgies, vous pouvez essayer de stimuler (avec douceur ) votre cuir chevelu et/ou le tragus (à l’extrémité du conduit auditif). En plaçant vos mains de chaque côté de la tête, vos pouces iront se placer naturellement à la base du crâne : cherchez des zones sensibles (points névralgiques) en remontant lentement. Masser tranquillement ces zones peut diminuer les symptômes mais une mobilisation plus technique nécessite une visite chez l’ ostéopathe.

Portez des bouchons

La prévention reste très efficace : porter des bouchons dans les concerts, les lieux bruyants , un casque anti-bruit au travail.

Fumez et buvez moins !

Diminuer la consommation de tabac et d’alcool augmente nettement les chances d’éviter ces désagréments…

Ecoutez Bach !

Côté musique, optez pour le classique et de préférence pour des modes répétitifs. « Les Variations Goldberg » de Bach : un must ! Équipez-vous aussi d’un CD proposant un bruit de fond léger, s’apparentant par exemple au souffle du vent, mais comportant toutes les nuances que l’oreille peut percevoir. On parle alors de bruits blanc, rose, brown, violet, gris ou bleu utilisés dans les thérapies sonores.
Pour l’écouter la nuit sans gêner votre conjoint, offrez-vous un oreiller intégrant un haut-parleur qui se connecte sur un lecteur MP3. Le son diffusé n’est perceptible que par celui qui pose sa tête dessus (CD disponibles sur www.stop-acouphenes.fr et www.stop-acouphenes.fr)
La méthode Tomatis a ses adeptes : acouphénique, l’actrice Juliette Binoche la recommande…

Frédéric Venail, CHU de Montpellier

« La cause la plus fréquente, c’est la perte de l’audition et c’est aussi la plus facile à soigner : un appareillage auditif associé à une thérapie sonore donnent d’excellents résultats ! » 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *