Les mille et une vies du Canada à la Cartoucherie

Pour la première fois en 50 ans, Arianne Mnouchkine a confié la troupe du Théâtre du Soleil à un metteur en scène invité : le Québécois Robert Lepage. La pièce, imaginée par ce dernier, assemble les fragments d’une vaste épopée retraçant deux cents ans d’histoire de son pays.Kanata est le mot iroquoien, signifiant «village», qui a donné son nom au Canada.

La forêt du grand nord canadien… transformée en un instant par les tronçonneuses meurtrières. Le décor glisse et l’histoire nous transporte à Vancouver en 2018 pour un conte philosophique violent et tendre. Une réflexion sur un XXIe siècle coupé de ses racines profondes.
Cherchant un lieu tranquille pour se shooter, une junkie amérindienne rencontre dans les rues de la grande ville canadienne une artiste française qui vient d’émigrer. Cette dernière s’attache dans ses portraits à faire revivre le destin de ces femmes poussées sur le pavé par la drogue et l’effacement violent de leur culture programmé par les colons blancs. Mais on lui reproche de s’approprier, à travers ses tableaux, une culture qui ne lui appartient pas. Ce parallèle est une façon pour Robert Lepage de faire écho à l’empêchement qu’il a vécu lors de la création de Kanata. Et alors, faut-il se taire ?

Le jeu souple et intelligent des comédiens issus de 22 nationalités, l’ancrage dans le réel d’aujourd’hui et les propos humanistes et émouvants nous invitent à la magie du spectacle. On se laisse vite prendre par les subtiles métamorphoses de ce plateau immense, et comme un enfant, on attend avec joie les nouveaux glissements habiles des décors imposants -forêt canadienne, lofts, rue glauque remplie de poubelles immenses, studio de télé- vers un ailleurs toujours recommencé…

Ariane Mnouchkine, toujours égale à elle même, comme si le temps glissait sur son visage puissant et ses yeux pétillants d’intelligence, est présente tous les soirs à la Cartoucherie pour accueillir le public. Celle qui, depuis plus de cinquante ans, défend et aime le théâtre a eu raison de se battre contre les cabales communautaristes et identitaires pour que ce spectacle voie le jour.

KANATA – ÉPISODE I – LA CONTROVERSE, jusqu’au 17 février 2019.
A La Cartoucherie à Paris
www.theatre-du-soleil.fr
Durée : 2h30
Spectacle en français et en anglais, surtitré en français
Rens : 33 (0)1 43 74 24 08 (tous les jours de 11h à 18h).

LA CONTROVERSE

En juillet, alors que le metteur en scène canadien Robert Lepage prépare son spectacle Kanata, une lettre, signée par 18 artistes et intellectuels autochtones et 12 de leurs alliés, non-autochtones, déclenche une vive polémique. Le spectacle, joué par les acteurs du Théâtre du Soleil que dirige Ariane Mnouchkine, doit traverser l’histoire du Canada en abordant les oppressions subies par les autochtones. Face à l’absence sur scène d’acteurs issus de leurs communautés, certains représentants de ces derniers dénoncent une appropriation culturelle. Dans la foulée, un coproducteur financier se retire du projet. « Kanata » a bien failli ne jamais s’incarner sur scène. Mais Ariane Mnouchkine a finalement décidé de le donner. Elle revient sur cette polémique sur le site de La Cartoucherie, son mythique théâtre parisien.

« Sommes-nous, pour toujours, dans les siècles des siècles, des racistes et des colonialistes ou sommes-nous des êtres humains, porteurs d’universalité, tout comme les Noirs, les Juifs, les Arabes, les Khmers, les Indiens, les Afghans, les autochtones, dont nous voulons parfois raconter les épopées et qui, comme nous, bien avant leurs particularités culturelles, portent en eux cet universel humain ? Et puis, qui a intérêt à déchirer la société, justement de cette façon-là ? En quoi cette tribalisation générale va-t-elle affaiblir le capitalisme sauvage qui ruine notre planète ? En quoi va-t-elle freiner la gloutonnerie des multinationales ? À quoi sert-elle ? En quoi va-t-elle nous redonner le sens et l’amour du bien commun ? Pourquoi certains idéologues tentent-ils de duper notre jeunesse en profitant négativement de son idéalisme, de sa générosité et de sa soif de solidarité et d’humanité ? »

 

Lire l’interview complète sur www.theatre-du-soleil.fr

Crédit Photos : Michele Laurent

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *