Andy Summers, le guitariste-photographe de Police

C’est une rock star de 76 ans, encore leste, qui a créé l’émoi le 5 février au Pavillon populaire. “A Certain Strangeness / Une certaine étrangeté” est le cinquième exposition du guitariste principal de The Police, 40 ans après ses débuts en tant que photographe amateur.
Gilles Mora avait déjà fait venir à Montpellier Paul Mc Cartney en personne pour une rétrospective des photos de son épouse Linda, en 2014. Pour cette exposition, Gilles Mora a beaucoup travaillé avec Andy Summers à Los Angeles, où celui-ci réside passant au crible des milliers d’images. Après 10 semaines à Montpellier, « Une certaine étrangeté » effectuera une tournée aux Pays-Bas puis à Moscou.

A lire aussi le retour de son concert par Lionel Navarro dans la rubrique Musiques.

Play
Shadow
Slider

Vous pouvez voir la salle d’exposition en 360 VR en déplaçant le curseur sur l’image.

L'interview

LOKKO

Andy, félicitations pour la publication de « A Certain Strangeness », votre cinquième livre coïncidant avec cette exposition à Montpellier. Ces photos couvrent une période de temps considérable, de 1979 à 2017, ce qui indique également depuis combien de temps vous prenez la photo au sérieux. Pourrions-nous dire qu’il s’agit d’une sorte de rétrospective ?

ANDY SUMMERS

Je n’avais pas vraiment pensé à ça, car c’est une sélection de choses que j’ai faites avec Gilles. J’ai plein d’autres photos !

LOKKO

Il y a deux aspects à l’exposition : en bas, on trouve vos voyages et vos photos créatives, et en haut, vous avez quelques images plus petites qui datent des années de The Police.

ANDY SUMMERS

J’ai fait un vernissage à Shanghaï dans une galerie d’art et utilisé la même idée. J’aime ce qu’ils ont fait ici [avec les photos de l’époque The Police], les mettre en Plexiglass, c’est une façon très cool de le faire. L’idée est que c’est là que tout a commencé avec moi en tant que musicien, puis c’est ensuite passé à autre chose.

LOKKO

Toutes les photos sont en noir et blanc, et nous rappellent Cartier-Bresson, Man Ray et même les films de Truffaut.

ANDY SUMMERS

L’origine de ces photos sont les films en noir et blanc que j’ai vus à l’âge de 15,16, 17 ans. J’ai vu tous les grands films d’art et essai européen : j’y étais accro, vous savez. Quand j’avais 18 ans, je voulais devenir réalisateur mais je ne savais pas comment. Bien sûr, j’étais avant tout un musicien, mais 10 ans plus tard, ce moment a fait surface, d’une manière assez magique. J’étais dans The Police et nous étions déjà très populaires. Nous faisions tout le temps des tournées. Je savais que j’allais passer les prochaines années sur la route, dans les hôtels, et j’avais besoin de faire quelque chose. J’étais entouré de photographes, tout le temps, bien sûr, prenant des photos de nous… Il a été très facile d’aller chercher un bon appareil photo.

LOKKO

Vous êtes vous dit : «Je suis à l’intérieur et je veux prendre mes photos de l’intérieur. Tout le monde me regarde et je veux regarder à mon tour” ?

ANDY SUMMERS

Eh bien, cela m’est apparu plus tard. Au début, j’ai étudié, j’ai acheté beaucoup de livres, j’ai regardé tous les grands maîtres, je me suis éduqué. Nous voyagions tout le temps, surtout aux États-Unis. La sélection à l’étage du Pavillon populaire concerne principalement les États-Unis. Je pense que c’est vraiment intéressant de voir aujourd’hui l’Amérique du début des années 80. C’est vraiment un autre pays maintenant. Cela ne ressemble plus beaucoup à cela. Ce sont des antiquités maintenant, pour moi. Environ trois ans après, je me suis dit : “Oh, j’ai témoigné de ça, de l’intérieur…” Je n’ai pas réalisé tout de suite que j’étais devenu aussi le photographe de The Police car je m’amusais avant tout. Du coup, je me suis un peu plus concentré sur la vie du groupe. Personne ne l’avait fait auparavant, comme je l’avais fait.

LOKKO

De nombreuses images de la série témoignent ce moment particulier où vous vous arrêtez et vous prenez la photo, ce qui fait penser à Cartier-Bresson et à son idée de «l’instant décisif». Avez-vous eu le sentiment d’être arrivé au moment où vous saviez que vous reconnaîtriez l’instant ?

ANDY SUMMERS

C’est comme la musique. Vous commencez à voir, vous obtenez cette conscience visuelle et vous voyez le moment [il claque les doigts], mais cela va et vient. Ensuite vous apprenez à vous y préparer et à prendre plus de photos. Mais ce n’est pas toujours comme ça. Je regarde une photo comme celle-là [photo d’un chauffeur de limousine et d’une croix, Marseille, juin 2008]. C’était un chauffeur de limousine, qui me conduisait probablement, et j’ai vu cela. Je l’ai incité à rester debout devant la croix, j’ai sorti ses yeux et cela rend la photo beaucoup plus puissante. Ce n’était donc pas un “instant décisif” mais une composition construite.

LOKKO

Ce que j’ai remarqué, c’est que vous ne jouez pas avec vos images : vous n’utilisez pas Photoshop ou ne les recadrez pas d’une certaine manière par la suite.

ANDY SUMMERS

Non, je ne les recadre pas. Je n’aime pas utiliser ces astuces de Photoshop pour les rendre belles. Pour moi, la photo est authentique à partir du moment présent et ce que vous avez photographié, c’est tout.

LOKKO

Vous avez dit que la musique et la photographie étaient des « esprits apparentés » et que leurs termes pouvaient être interchangeables. C’est à dire ?

ANDY SUMMERS

Je pense que c’est vrai. Au moment où je me suis vraiment mis à la photographie, j’étais complètement musicien. Je maîtrisais mon art. Je suis allé à l’université, j’ai étudié la musique, la guitare classique. J’ai joué de la guitare classique pendant six ans et j’ai été formé en tant que joueur de jazz. J’étais un musicien virtuose bien formé et je le suis toujours ! Quand la photographie est arrivée, je pense que j’avais déjà appris à réagir et ne pas avoir peur dans les moments où il pourrait y avoir des photographies importantes à prendre. Je n’avais pas peur d’y aller. J’étais habitué à improviser. La musique m’a aidé à devenir photographe.

LOKKO

Avez-vous filmé avec un appareil photo numérique ou avec un appareil photo argentique classique ?

ANDY SUMMERS

J’utilise un Leica Monochrome. Actuellement, j’utilise actuellement un M10, qui est une caméra couleur. Avec cette exposition, c’est un mélange, je pense que c’est plus un film que du numérique. C’est un mélange.

LOKKO

Peu de gens de nos jours shootent maintenant en film, c’est donc assez hardcore !

ANDY SUMMERS

J’ai shooté jusqu’en 2012. Ma dernière fois, c’était en Asie où j’ai utilisé 95 rouleaux de film ! J’avais mal à l’épaule ! Et juste après cela, ils ont sorti le Monochrome 1 -c’est le même appareil photo [Leica]. J’utilisais un M6, tout le reste était identique, le même corps, les mêmes objectifs, tout. La transition a donc été très facile entre argentique et numérique… Pour moi, ça a été un changement très subtil, toujours en noir et blanc, littéralement le même appareil photo, sauf que c’était numérique. Un Leica avec l’objectif 50.

LOKKO

Vous aimez la précision, la netteté. La mise au point, est-ce important ?

ANDY SUMMERS

Oui, j’aime bien quand les images sont nettes. C’est une chose intéressante. Sur quoi voulez-vous vous concentrer sur la photo ? Ceci, qui est juste ici, ou cela, qui est plus loin ?

LOKKO

Avez-vous le sentiment que vos images sont autobiographiques ?

ANDY SUMMERS

Je pense que oui. Je pense que tout est autobiographique. Je ne vais pas raconter, par exemple, mon quotidien, mais dans un sens, je pense que tout ce travail, c’est moi. Voyager à travers le monde, faire ce que j’ai choisi de photographier… Je suis très actif, je voyage, je fais de la photographie, je vais en Chine chaque année, je vais au Brésil (j’ai un groupe là-bas), j’écris, j’ai un autre livre qui va être publié. Je joue de la batterie, je pratique, j’enregistre. Je suis sur le point de faire un nouvel album, en fait… Ce qui me donne du recul, c’est la créativité.

“A Certain Strangeness / Une certaine étrangeté”, Andy Summers.

Jusqu’au 14 avril 2019 au Pavillon populaire. Gratuit.
Esplanade Charles de Gaulle, Montpellier
T +33 (0)4 67 66 13 46
Horaires d’ouverture :
du mardi au dimanche de 10h-13h et de 14h-18h.

Interview en anglais, traduction et photos ci-dessus : Jordan Elgrably.