Georges Frêche, le florentin

LOKKO lance une série historique, en collaboration avec les éditions Papillon rouge, en reprenant des extraits du livre de Raymond Alcovère : « Ces héraultais qui ont fait l’histoire ». Ce mois-ci, Georges Frêche, maire de Montpellier de 1977 à 2004.

Après les âges d’or du Moyen Âge et du 18è, Montpellier sommeillait au milieu du 20è ; Georges Frêche l’a réveillée. Professeur de droit, mais aussi historien, diplômé d’HEC et homme politique particulièrement combatif et déterminé, il a mené à bien un projet fou : réinventer la ville en s’inspirant de la Florence de Laurent de Médicis qui s’est développée au Quattrocento grâce à l’alliance de la finance, de l’intelligence, de la culture et du commerce. (…)

Montpellier assoupie

En 1977, à 38 ans, il prend la mairie. Sa liste d’Union de la Gauche, intitulée «Pour Montpellier», joue sur l’avenir et l’ouverture aux nouveaux Montpelliérains, alors que son adversaire commet une erreur avec son slogan «Montpellier aux Montpelliérains» ; déjà les deux tiers des habitants ne sont pas originaires de la ville !

Les années 60 avaient commencé de modifier en profondeur Montpellier, notamment par l’arrivée de 25 000 rapatriés d’Afrique du Nord et l’implantation de la société IBM. Mais la gestion de François Delmas, sage et prudente, manquait d’envergure. Avec Georges Frêche, tout change. Son ambition : faire de Montpellier une métropole européenne. Comment ? En développant conjointement l’activité culturelle, scientifique, architecturale et économique.

Une Florence languedocienne

Et rapidement, le paysage montpelliérain se transforme : les services publics se renforcent, les Montpelliérains bénéficient de nouveaux moyens d’expression, des priorités émergent (éducation, énergies renouvelables, solidarité, droit des femmes, tiers monde, quartiers…).
Georges Frêche lance la notion de «technopole», «un équilibre entre la recherche, la culture, le sport et la qualité de vie». Les cinq axes sont l’agronomie, la médecine, les nouvelles technologies, les médias et le tourisme. Son credo : la vraie richesse, celle de l’avenir, c’est l’intelligence personnifiée par ses étudiants, ses chercheurs, ses laboratoires publics et privés et ses facultés, afin de créer des emplois non délocalisables.

Extrait de « Georges Frêche, il a réinventé Montpellier », dans Ces ‪ »Héraultais‬ qui ont fait l’Histoire ». Papillon Rouge éditeur, 264p., 19,90€.

www.papillon-rouge.com