Magistral solo anti-capitalisme au Printemps des Comédiens

Le procès du capitalisme en coup d’envoi du Printemps des Comédiens avec « Le marteau et la faucille » de l’écrivain américain Don DeLillo adapté par Julien Gosselin. Et une première performance d’acteur.

On peut être un très grand acteur, même assis… La première chose à retenir, à dire, est celle-ci : dans « Le marteau et la faucille », Joseph Drouet impressionne. Il offre au Printemps sont premier grand numéro de comédien. Il est en bras de chemise, assis face à un micro et une caméra qui reflète son visage agrandi au dessus de lui. Dans une maîtrise du texte telle qu’on se demande s’il a un prompteur, il interprète Jerold Bradway, ancien trader qui nous parle depuis sa prison où il « barbote horriblement dans un morne gâchis ».

C’est un homme brisé, bourré de tics, tordant ses mains, qui déroule la somptueuse langue de l’écrivain très bankable Don DeLillo. L’an dernier au festival d’Avignon, Julien Gosselin avait présenté une mémorable pièce-fleuve de 8 heures, une trilogie sur le terrorisme de la star des lettres américaines. « Le Marteau et la faucille » bien que n’ayant rien à voir avec le terrorisme, était inséré dans le déroulé des 3 romans adaptés à la scène [« Joueurs », « Mao II », « Les Noms »]. La réception de la performance de Joseph Drouet a ensuite convaincu le metteur en scène d’en faire un spectacle à part.

Ecrit en réaction à la crise économique mondiale de 2008, « Le Marteau et la faucille » s’intéresse aux hors-la-loi de la finance dans un renversement très caractéristique : ces détenus sont les rebus expiatoires d’un monde pourtant parfaitement amoral et hautement criminogène. C’est là que prend toute la puissance de la paranoïa aux accents justes de l’auteur, qui cite « Le marteau et la faucille » en hommage à tous les travailleurs « niqués » autant qu’aux élites déchues du système. Le voisin de cellule de Jerold Bradway est un ancien collectionneur d’art qui n’a JAMAIS payé ses impôts, par pure « léthargie ». Un autre a pris 700 ans pour des crimes financiers qui ont fait chuter des gouvernements.

Joseph Drouet nous parle depuis ce tombeau-là, dans une éloquence hallucinée, se faisant ventriloque quand il imite la voix caverneuse du collectionneur d’art qui dort au dessus de lui, ou le phrasé suraigu d’une speakerine du Nadaq sous extasy : « le doute à court terme l’emportera-t-il sur le doute à long terme ? »

Pour l’ouverture du Printemps des Comédiens : un double postulat sur la supériorité du texte et le jeu d’acteur. Le festival montpelliérain a démarré très fort, ce week-end, avec ce procès du capitalisme donné à l’Agora du boulevard Louis Blanc. Une grande première liée au transfert du festival du département à la métropole.