Ubisoft inaugure « un des studios les plus innovants au monde »

Le nouveau studio d’Ubisoft à Castelnau, leader du jeu vidéo en France, est aussi un laboratoire de recherche sur la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle. Et un écrin de rêve…

 

De l’extérieur, c’est un monolithe. Un drôle de mausolée qui impose sa noirceur dans un parc d’activités chauffé à blanc sous le ciel de ce septembre caniculaire. « Le bâtiment ne s’inspire pas du territoire qui l’entoure, il fabrique son propre territoire. Dans sa dimension métaphasique, il fait référence à Stanley Kubrick » , explique dans le dossier de presse l’architecte montpelliérain Philippe Rubio.

A l’entrée, un lapin crétin met un peu d’ambiance et rappelle surtout que le studio montpelliérain est un des fleurons du groupe français. C’est de Montpellier qu’ont été inventés quelques jeux mythiques. Rayman, le héros sans membres, conçu en 1995 par Michel Ancel, star de la marque. En 2003, c’est « Beyond Good and Evil » puis The Lapins Crétins (en 2009), et la dernière prouesse d’Ubisoft Montpellier : « Soldats Inconnus: Mémoire de la Grande Guerre », un génial jeu éducatif.

Dès qu’on a franchi le seuil, changement d’ambiance. C’est le peuple d’Ubisoft qui est là. 350 salariés s’y sont installés depuis juin, quittant leur site initial, pas loin de là. On voit des shorts dans cette entreprise réputée cool et qui compte de bons surfeurs. Le confrère du Point.fr, lui, est venu en sandale. Beaucoup d’hommes ! Un chiffre circule : il y aurait 15% de femmes. Le secteur a à peine entamé sa révolution paritaire. Voilà Christophe Héral, le compositeur-maison qui fait chanter son accent au milieu de 15 nationalités. Un créatif est en train de concevoir un jeu en live équipé d’un casque de réalité virtuelle.

Et tout de suite c’est un grand patio ouvert sur un ciel grec. Tout autour, un dédale de bureaux, dont de grands open spaces sur plusieurs étages qui conduisent à un somptueux rooftop avec une vue imprenable sur le Pic-Saint-Loup. Xavier Rang, colosse en chemise ultra blanche, le maître d’ouvrage du nouveau studio, précise qu’on peut y travailler. Un management -très à la mode- qui est une des marques de l’entreprise, depuis longtemps. Dans les étages intermédiaires, on traverse un magnifique Jardin d’hiver. Il y a un piano, une salle de sport et même un terrain de pétanque. Et des plafond rafraichissants acoustiques : une première dans notre région !

(Suite de l’article après les photos)

 

« Un bâtiment fait par nous et pour nous » insiste Guillaume Carmona, le directeur d’Ubisoft Montpellier. Inédit dans le groupe, cet édifice porte la marque distinctive de la puissance créatrice montpelliéraine. Et surtout de l’ambition technologique de la boîte. On a mis le paquet sur la recherche. Réalité virtuelle, intelligence artificielle : on est loin des premières Play Station. Montpellier travaillera particulièrement sur le jeu en streaming. Un bouleversement de taille dans l’industrie du jeu vidéo qui va être pratiquable sans console, ni PC, sur n’importe quel type d’écrans. Le nouveau studio travaillera aussi sur le très attendu « Beyond Good and Evil 2 ». Pour la première fois dans l’histoire d’Ubisoft, un pôle d’innovation se développe dans un centre entièrement dédié. C’est le projet « Uramate » soutenu par la Région à hauteur de 1,8 millions d’euros pour lequel 150 personnes vont être recrutées.

En invitée de marque de la généreuse collectivité : Carole Delga, la présidente de l’Occitanie, aux côtés de l’ancien maire de Castelnau-le-Lez, Jean-Pierre Grand, lequel est un des piliers de la nouvelle équipe de Mohed Altrad. Au lendemain de l’annonce de la candidature du patron franco-syrien aux municipales de 2020, la Région, et son « Contrat-innovation » signé le jour-même de l’inauguration, éclipse un peu la French Tech métropolitaine dont Ubisoft est l’entreprise-mère. D’ailleurs, Philippe Saurel n’est pas là.

« Ubisoft est un joyau qu’on a peur de perdre » a confié l’actuel maire de Castelnau-le-Lez, Frédéric Lafforgue. Chez Ubisoft Montpellier, l’entreprise qui fait rêver, on ne se la pète pas. Le célèbre PDG et co-fondateur Yves Guillemot est là, lui aussi, tout en modestie et discrétion. Ubisoft c’est lui et ses 4 frères ! La fratrie bretonne est dans le top 100 des familles les plus riches de France, à la tête d’un empire de 40 studios dans le monde, employant 10 000 salariés et affichant « 140 millions de membres enregistrés ».

« Le nouveau studio d’Ubisoft est un des studios les plus innovants au monde. Il y a à Montpellier une créativité que l’on ne voit pas partout » a commenté Yves Guillemot, au moment de couper le ruban. Confirmant le tropisme montpelliérain à l’oeuvre dans cette société mondialisée du jeu vidéo : « Nous sommes ici, a-t-il rappelé, parce que Michel Ancel voulait vivre dans le Sud ! »

PHOTOS

De gauche à droite :
Yves Guillemot, président et co-fondateur d’Ubisoft – Guillaume Carmona, directeur d’Ubisoft Montpellier – Xavier Rang, maître d’ouvrage – Olivier de Rotalier, directeur des studios français de Paris, Montpellier, Annecy et Bordeaux – Sandra Vernus, DRH.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *