Yves Klein à Rodez : quand l’Outrenoir invite l’Outremer

Derniers jours pour voir Yves Klein à Rodez. Après Picasso, Calder, Le Corbusier et les Japonais du groupe Gutai, le musée soulages accueille jusqu’au 3 novembre 2019, un géant de l’art moderne (1928-1962).

La soif d’absolu

Mort à 34 ans, cet incroyable artiste touche à tout, voulait affranchir la couleur de la ligne et ses recherches du « pigment pur » ou de la couleur absolue s’inscrivent en droite ligne dans ce qu’il nommait son « aventure monochrome ». Yves Klein, artiste français, fondateur du Nouveau Réalisme, est surtout connu pour son bleu qu’un fixateur de son invention laisse apparaître dans sa plus grande pureté.

L’I.K.B 

International Klein Blue marque déposée en 1960 est aussi la signature immédiatement reconnaissable dont le Musée soulages nous offre un parterre à l’immarcescible éclat. Différentes déclinaisons du monochrome émaillent cette exposition, infime catalogue d’une œuvre immense. C’est un monde artistique fait de happening, de cosmogonies et d’étranges éponges que propose ici le commissaire de l’exposition Benoît Decron, en collaboration avec Daniel Moquay, président des archives Yves Klein (à Paris).

Des éponges monochromes

Première surprise de l’exposition des séries monochromes. Outil à l’origine, elle devient l’incarnation de l’imprégnation de l’objet par la couleur et se décline ici en fushia ou doré pour s’incarner en bleu, formant un corail imaginaire plus vrai que nature.

Des cris bleus

Il est là, criant de profondeur et de vérité ce bleu absolu : un tapis de pigment, des toiles et des objets qui interpellent l’œil et l’esprit.Le regard plonge dans ce bleu qui finit par se transformer en violet ou en noir dans notre rétine béotienne qui hésite devant l’absolu. Définir LE bleu de Klein est une gageure, autant s’épuiser à définir l’infini, le tout ou l’immatériel. Aussi absolu et mystique que le noir de Pierre Soulages, le bleu de Klein s’ accomode mal du plexiglas installé pour protéger ses œuvres et dont le reflet fait écran à l’essence même de la couleur.

Un tapis de couleur pure

Spectaculaire et convaincante, l’installation de pigment pur sur la quasi totalité du sol de la plus grande salle provoque un véritable plongeon dans l’absolu. On rêverait de s’y rouler dans un happening jouissif, identique aux toiles qui lui font face, mais la surveillance est efficace et une distance de sécurité imposée. Seul demeure la rêverie, parfois nourris des « cris bleus » enregistrés par l’artiste.

Marier les sensations

Une visite au Musée Soulages à programmer pour associer les noirs incroyables du bientôt centenaire Pierre Soulages avec les bleus absolus de Klein et découvrir une incroyable et éclatante victoire de Samothrace !


Musée Soulages à Rodez

 

 

 

Ouvert du mardi au vendredi  : 10h-13h / 14h-18h

Samedi & dimanche : 10h-18h

Tarif standard : 11 euros.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *