Régis Penalva : KRONIKlittéraire#3

En 5 minutes chrono, Régis Penalva nous parle d’un livre. A chaque fois, dans une librairie montpelliéraine. Ici, la librairie « Fiers de Lettres », 1 rue du Bras de fer, fondée en 2018 par Wissam Mimouni et Chloé Bellue.

Pour cette troisième KRONIK, Régis Penalva a choisi de parler de « Le bruit des tuiles » de Thomas Giraud (Contre-Allée).

Une utopie

En 1855, Victor Considerant, ingénieur économiste polytechnicien français et disciple de Charles Fourier*, a dans l’idée un projet révolutionnaire de vie communautaire inspiré des phalanstères. Il  recrute des colons français et suisses et fait acheter, sans les avoir visitées lui-même, des terres près d’un village isolé au Texas, Dallas, pour y fonder la nouvelle ville de Réunion.

5 années de difficultés multiples, qu’il s’agisse de la cohabitation entre les colons sociétaires, de leurs relations avec Considerant, des rapports avec le voisinage ou des aléas climatiques et naturels, auront finalement raison d’une utopie qui devait révolutionner de manière définitive la manière dont les hommes et les femmes pourraient vivre, travailler, penser et s’aimer.

Thomas Giraud est né en 1976 à Paris. Docteur en droit public, il vit et travaille à Nantes.

Depuis le bel accueil réservé à son premier roman, Elisée, avant les ruisseaux et les montagnes, Thomas Giraud contribue à Remue.net303La moitié du Fourbi ou encore le Yournal. Son deuxième ouvrage, La Ballade silencieuse de Jackson C. Frank a aussi connu un beau succès puisqu’il a été nominé au prix de la brasserie Barbes (Littérature et musique) 2018, et au prix des lycéens et apprentis, île de France 2018 et obtenu le Prix Climax.

Le Bruit des tuiles est son troisième roman à La Contre Allée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *