La danse des signes invitée au FIDO de Ouagadougou

La Cie Singulier Pluriel, dirigée par Jos Pujol, revient tout juste du festival international de danse de Ouagadougou où elle a présenté « Le camp des Sygnes ». C’est une première pour une compagnie qui travaille entre langue des signes et danse contemporaine et réunit des danseurs sourds et entendants.

Du 25 janvier au 1er février, la 8ème édition du FIDO, Festival International de Danse de Ouagadougou, a réuni à l’Institut français plus de 20 compagnies venues d’Europe, d’Afrique et des États-Unis dont le le ballet Preljocaj. A l’initiative de sa fondatrice, la chorégraphe burkinabé Irène Tassembédo, figure de la danse contemporaine en Afrique, elle avait pour thème : « La stigmatisation » qui « conduit à l’exclusion de personnes jugées différentes de la norme majoritaire par un groupe social ».

Une vraie reconnaissancee pour Singulier Pluriel, basée à Montpellier depuis 2004, qui refuse de se voir cantonner toutefois au handicap, et dont les représentations connaissent un vrai succès public. « Le 1er décembre au musée Fabre dans les collections Soulages, 4 séances ont été programmées avec plus d’une heure de queue à chaque fois ! » se réjouit Jos Pujol.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *