Christian Rizzo reçoit le Grand Prix Danse du Syndicat de la critique

Chaque année, le prix du Syndicat de la critique distingue les spectacles de danse, musique ou théâtre ainsi que les personnalités artistiques qui ont marqué la saison. Cette année, c’est le chorégraphe et directeur du Centre chorégraphique national de Montpellier qui s’est vu décerner le Grand Prix pour sa pièce une maison dans la catégorie « danse ».

Même avec une saison avortée, le Syndicat professionnel de la critique de théâtre, de musique et de danse a « tenu à décerner les prix et à réaffirmer son soutien aux intermittents du spectacle, pour qui « l’année blanche » 2020/2021 s’annonce laborieuse ».

C’est la deuxième fois que le chorégraphe est primé, à la suite de d’après une histoire vraie en 2013/2014, qui amalgame danse folklorique et contemporaine.

Sa nouvelle création une maison, pour 13 interprètes, tranche avec ses précédentes pièces en accentuant la tactilité des danseurs tout en conservant les notions de communauté et de mouvement qui lui sont chères. Il met aussi un point d’honneur aux expériences sensorielles avec des tons à la fois sépia, terreux et vifs.

Le jury du prix a salué « une réflexion sur un lieu normalement chargé de signification pour tous les individus. Les dynamiques relationnelles et les états d’âme vécus au sein d’une communauté sont analysés avec une écriture chorégraphique précise et puissante ».

L’ancien musicien et plasticien, aujourd’hui directeur du CCN de Montpellier, a créé cette œuvre les 5 et 6 mars de l’année dernière à Bonlieu Scène nationale Annecy, en coproduction avec le Festival de Montpellier Danse.

En réaction à ce prix, Christian Rizzo a salué une aventure collective avec ses danseurs, ses créateurs sons et lumière et l’équipe d’ICI-CCN.  Et remercié une personne spéciale profondément corrélée à son œuvre : « Je dédie ce prix à mon père, disparu au moment où les répétitions commençaient, qui est venu discrètement s’installer dans la création. Cette maison ne sera jamais la sienne, mais sera pour moi l’écrin joyeux que je lui ai offert pour sa désormais invisibilité. ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *