Concert masqué au festival de Radio-France

Montpellier Danse reporté et le Printemps des Comédiens annulé : le festival de Radio-France est le seul des 3 grands festivals montpelliérains de l’été à avoir maintenu une édition (entièrement gratuite) à la date prévue. Certes « symbolique » : environ 5000 personnes attendues contre 100 000 en temps normal. En ouverture, 650 privilégiés pourront voir, ce samedi 11 juillet, un concert surprise avec l’Orchestre national de Montpellier. Suivra un week-end de concerts à Montpellier, les 18 et 19 juillet.

 

 

Un concert-surprise au Corum le 11 juillet
650 spectateurs seulement, et exclusivement au parterre. Un siège sur 2 et en quinconce. Masque obligatoire et pas d’entracte. Voilà les strictes conditions sanitaires imposées pour ce concert, dont on ne connaît pas le programme. L’Orchestre national de Montpellier sera sur scène, c’est la seule certitude ! Dirigé par le jeune chef assistant suédois Magnus Fryklund.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation obligatoire, samedi 11 juillet à partir de 10h. Il faut imprimer les billets à domicile ou les présenter sur son téléphone. Pas de retrait au guichet possible. Assistance téléphonique de 10h à 17h au 04 67 02 02 01, le 11 juillet. Ouverture des portes à 18h. En raison des contrôles, il est impératif d’arriver au Corum avant 18h30.

Concerts en plein air, les 18 et 19 juillet
Après cette ouverture qui sera la grande sortie culturelle montpelliéraine post-confinement, Montpellier concentrera son festival de susbstitution sur le week-end suivant, les 18 et 19 juillet. Le 18 dans la ville, à la Maison des relations internationales, au Jardin des plantes, dans la cour du Rectorat [pour cette journée, tout n’est pas finalisé et des agréments sont en cours]. Il devait y avoir une édition de Tohu Bohu (électro) à Tropisme, mais les questions posées de sécurité ont fait reculer les organisateurs de part et d’autre. Le 19, rendez-vous est donné dans la partie sud du Domaine d’Ô, dans l’espace des Micocouliers et sur le parvis du château d’O. Une dizaine de groupes sont invités, de tous styles -jazz, classique et électro- [Made in Brass, Quatuor Hanson, Radio Coriolis, Trio Barolo, Les Tromano, Les Anches hantées, Christian-Pierre La Marca, Nathanaël Gouin, Ingmar Lazar, Félicien Brut, Edouard Macarez, Paul Lay Trio].

Programme spécial Montpellier sur France-Musique
Du 13 au 25 juillet, France Musique diffuse les riches heures du festival, tous les jours à 16h et 20h. On y retrouvera quelques-uns des grands fidèles du festival comme les pianistes Fazil Say ou Evgeny Kissin, ou encore la chanteuse Sonya Yoncheva. On vous recommande « Fantasio » de Offenbach qui a révélé la prodigieuse  montpelliéraine Marianne Crebassa.

La radio du festival
Archives de concerts, entretiens auprès d’artistes et de professionnels, playlists thématiques, captations de concerts en direct… Et chaque jour, un podcast de la série « L’orchestre, mode d’emploi ». A l’initiative de l’équipe du festival, une webradio est lancée ce vendredi 10 juillet pour garder le lien avec le public.
Du 10 au 30 juillet. Appli disponible sur l’App Store et Google Play. En streaming sur lefestival.eu

Un Ministre « zéro en tout »

-Jean-Pierre Rousseau, le directeur du festival de Radio-France ne regrettera pas Franck Riester, l’ancien Ministre de la culture. « Il n’y avait personne au Ministère. Trop d’inconnus, trop d’angoisses. C’était d’autant plus compliqué que je suis un Bernard L’hermitte ! Je ne suis pas chez moi à Montpellier. Si on nous avait laissé gérer le temps…, nous aurions pu sauver cette édition mais le Ministre nous a mis dans une m… incroyable ». Admettant « un lien un peu réduit ces dernières années » [Radio-France a coupé son aide de moitié, soit 150 000 euros], Jean-Pierre Rousseau s’est félicité de « la forte présence » de la maison-mère, cette année. Mais les Rencontres de Pétrarque se sont faites à Paris depuis la Maison de la radio sans communication à l’intention de Montpellier, leur berceau. Peu de communication aussi sur le concert de la cheffe d’orchestre et chanteuse canadienne Barbara Hannigan, pourtant labellisé « Festival de Radio-France », qui sera donné le 16 juillet à la Maison ronde (et retransmis sur France-Musique).
-Grands perdants de cette pandémie : les villes de la métropole et du département qui accueillent le festival, toujours avec un très bel appétit de musique. Ce n’est que partie remise. La vocation est intacte, selon Jean-Pierre Rousseau, qui veut « apporter la musique partout où elle peut aller ».
-Les finances du festival ne sont pas impactées. Au contraire : l’année budgétaire se soldera par un excédent qui sera autant d’argent imputé à la subvention 2021 de la région [qui a maintenu « sans hésiter » ses aides de 2020]. Tous les intermittents ont été indemnisés.

Ci-contre : Jean-Pierre Rousseau, directeur du festival de Radio-France lors d’un déjeuner avec la presse montpelliéraine.

Jean-Pierre Rousseau

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Concert masqué au festival de Radio-France”

  • Avatar