Muriel Salem : « j’achète des œuvres avec le cœur »

La collection privée londonienne de Muriel et Freddy Salem est une des plus importantes d’Europe. Le MoCo montre 80 des 700 oeuvres de la collection Cranford où l’on retrouve quelques légendes de l’art contemporain dans une concentration d’un niveau rarement vu à Montpellier. Rencontre avec Muriel Salem en présence de la belge Anne Pontégny, conservatrice de la collection Cranford et de Vincent Honoré, directeur des expositions au MoCo.

Interview Valérie Hernandez, Corinne Hyafil. Podcast réalisé par Corinne Hyafil.

 

 

C’est une élégante demeure située à Gloucester Gate dans Regent’s Park où vivent Muriel et Freddy Salem, des Libanais installés à Londres depuis 21 ans. Et à la fois un centre d’art privé abritant leur collection, devenu haut-lieu de l’art à Londres. L’intérêt de cet événement montpelliérain, la première exposition d’ampleur présentée en France de la collection Cranford : montrer des pièces qui en sortent exclusivement pour des prêts prestigieux dans les grandes institutions mondiales.

A Montpellier, des artistes de légende

A Montpellier, le grand peintre allemand Sigmar Polke, l’américaine Cindy Sherman et son clown (ci-dessous, 1) exposée récemment à la fondation Louis Vuitton, le controversé Damien Hirst et ses fameux papillons (détails, photo du haut) ou encore la libanaise Mona Hatoum et ses objets domestiques (une râpe géante, vue au centre Pompidou) se côtoient entre eux en tant que monstres sacrés venus du même écrin londonien, aux côtés d’artistes émergents. Ainsi la star Louise Bourgeois et sa « Maison », une cage en acier, modèle réduit d’un de ses grands ensembles et le canapé de la jeune artiste radicale Sarah Lucas des Young British Artists (ci-dessous, 2), un courant bien représenté dans cette collection [ainsi que l’art allemand].

 

La première rétrospective de l’art des années 2000

Les œuvres s’insèrent dans un ensemble thématisé qui cherche à mettre en valeur ce qu’elles disent de leur époque : « la première rétrospective des années 2000, une décennie très peu explorée en histoire de l’art », commente Nicolas Bourriaud, directeur du MoCo » qui s’ouvre avec « Summer 2000 », un impressionnant montage photographique sur Tel Aviv de Wolfgang Tillmans. Organisée de manière chronologique, l’exposition guide le visiteur le long d’un parcours enrichi d’une frise qui retrace l’actualité et les grands faits de société de cette décennie.

 

 

00s. Collection Cranford : les années 2000, programmée jusqu’en février 2021, actuellement fermée.
Les commissaires de l’exposition : Vincent Honoré, directeur des expositions, Victor Secretan, senior curator, Anya Harrison, curator et Rahmouna Boutayeb, chargée de projets, assistés de Justine Vic.

Le catalogue, bilingue, richement illustré, regroupe des contributions inédites d’auteurs et de critiques autour de la décennie 2000, ainsi qu’un entretien avec les collectionneurs Muriel et Freddy Salem.

Disponible à la boutique Sauramps du MO.CO. Hôtel des collections (35€).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lokko

GRATUIT
VOIR