Culture : Montpellier entre en lutte

Print Friendly, PDF & Email

Sur les réseaux sociaux, l’Appel de Montpellier à la mobilisation pour la culture, sous-titré « Etat d’urgence culturel » est largement partagé. Un engouement qui succède à une longue sidération et prendra la forme d’une performance au Corum et d’un Forum à Figuerolles, ce samedi 23 janvier.

 

A l’origine de cet appel : la Carmagnole, « espace alternatif et solidaire, de soutien pour toutes les mobilisations sociales, politiques et éco-citoyennes », au coeur de Figuerolles à Montpellier. Plus précisément le noyau dur qui l’anime : Henri Meynadier, l’ancien publicitaire et co-fondateur avec l’universitaire Boris Chenaud, également Francis Viguier, ancien conseiller municipal d’extrême gauche. La plupart des initiateurs appartiennent à la nébuleuse France Insoumise dont quelques membres sont à Ensemble 34, mouvement proche de Clémentine Autain, qui avait appelé à voter Michaël Delafosse lors du deuxième tour des élections municipales [Ensemble 34 est animé localement par Boris Chenaud avec Matthieu Brabant, en rupture avec « Nous sommes », le collectif citoyen d’Alenka Doulain, qui était le candidat officiel de la France Insoumise aux municipales…].

« Ça bouge à Nîmes, à Toulouse mais pas à Montpellier. Nous sommes partis de ce constat, explique Nelly Lacince, coopératrice de La Carmagnole, chargée de mission au Rectorat, qui avait été très active dans la campagne de l’écologiste dissidente Clothilde Ollier, avant que celle-ci fusionne avec le milliardaire Mohed Altrad. On en a parlé avec de nombreux artistes en actant le fait que ce silence du monde culturel était surprenant, qu’il fallait y aller, prendre la main, faire bouger les lignes. Nous avons été très surpris de voir tant d’engagement aussi vite ».

Une première grande réunion par ZOOM a eu lieu vendredi dernier. Elle a réuni une trentaine de personnes, en présence notamment de Nathalie Garraud, co-directrice du Centre dramatique national. Une jonction a été faite avec le collectif « Les Essentiels » à la suite d’une rencontre avec Katia Benbelkacem, qui avait, le 12 décembre dernier, organisé une « performance revendicative » très médiatisée devant le Corum (relire l’article de LOKKO sur le sujet).

Ce samedi : première opération d’envergure de cette entrée en lutte montpelliéraine qui passe aussi par un appel à signer le texte, ci-dessous. Le collectif « Les Essentiels » est invité à performer en « ouverture de bal » sur la place de la Comédie ou devant le Corum, selon les consignes de la Préfecture, à 13h. Une cinquantaine de danseurs professionnels livreront une performance en habits noirs et nez rouges. Pour ce faire, le chorégraphe Didier Théron a mis à disposition ses locaux du « Pôle de Développement Chorégraphique Mosson ». Suivra une déambulation avec des fanfares montpelliéraines jusqu’à la place Salengro (quartier Figuerolles), qui accueillera plusieurs performances de musiciens, chanteurs, comédiens et circassiens : une « scène ouverte » qui sera suivie d’un « Forum » démarrera à 14h [en extérieur, sur la place]. De multiples interventions et débats sont prévus. Les organisateurs prévoient de faire une « récolte de signatures » sur la place Salengro « pas seulement de professionnels mais aussi du public, de tous ceux à qui la culture manque ».

 

L’APPEL DE MONTPELLIER

Depuis près d’un an la culture et le spectacle vivant sont dans l’impossibilité de fonctionner. Et tout un écosystème de professions, lieux, réseaux, associations, est en train de s’effondrer provoquant une urgence sociale sans précédent pour tous les acteurs de la filière.
Pourtant les acteurs de la culture ont élaboré, mis en application, des mesures bien plus strictes que celles du secteur marchand ou celui des transports.
D’autant qu’aucune étude n’est venue montrer qu’un théâtre, un cinéma, un musée, était plus dangereux qu’un supermarché ou un commerce de proximité.
Toutes les propositions émanant du monde de la culture et de l’art pour une reprise des activités ont été ignorées. Et cette situation dessine une extinction programmée au service d’une marchandise culturelle hors-sol.
De même alors que l’art est un bien et un besoin collectif essentiel, le voici retiré du champ sociétal au point de se demander si la Covid n’est pas un alibi au service des détracteurs de notre « exception culturelle ».
Aussi nous appelons tous les artistes, technicien. ne.s, personnels administratifs, enseignant.e.s artistiques, acteurs du secteur culturel, à se mobiliser tant qu’il en est encore temps.
Nous appelons aussi tou.te.s les citoyen.ne.s à nous rejoindre dans cette mobilisation tant la
place centrale de la culture et de l’art dans notre société est intimement liée à nos valeurs démocratiques, d’éducation et d’émancipation.
Cette mobilisation a vocation à se poursuivre et à s’amplifier nationalement.

 

Signatures à adresser sur le mail suivant : lacarmagnole.mtp@gmail.com

L’event sur Facebook

 

Crédit Photo : Frédéric Rouverand

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Culture : Montpellier entre en lutte”

  • Avatar
  • Avatar
  • Avatar
Lokko

GRATUIT
VOIR