Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Des fantômes, du gros son : la nouvelle perle rock se nomme Figurz

Un gros son, puissant et efficace, une forte identité visuelle, un nom qui sonne, Figurz s’affirme aujourd’hui comme l’un des meilleurs groupes de rock de l’hexagone. Le trio Héraultais vient de sortir un EP «alternatif », How Many Ghost ? , qui revisite cinq titres de leur premier album. Une réussite !

 

 

On les a découverts avec « The Kid », puis avec « Barend ». Deux brûlots rock qui annonçaient leur premier album «  Another Kid Comedy » sorti en novembre 2020. Un véritable choc. Sonore et visuel. L’histoire issue de l’imaginaire d’un enfant séquestré. Qui va se venger et mettre ainsi en scène des personnages malsains dans l’espoir de se libérer de son bourreau. Un concept, fort et fascinant.

Deux guitares, une batterie, deux voix : un line-up audacieux pour un groupe de rock qui se passe sans complexe de basse. Comme si l’ombre d’un Jack White planait derrière le combo héraultais ! C’est audacieux, et le moins que l’on puisse dire c’est que ça fonctionne à merveille.

Enregistré dans une grange, un mas et une abbatiale

Figurz c’est aussi une façon singulière de travailler. Leur album a été enregistré et mixé dans des studios éphémères : une grange, une abbatiale du XIIe siècle et un mas cévenol. Comme un parcours initiatique entre garrigues, Clape et Cévennes. Le trio peaufine son univers, et affine celui de ses personnages, dans des lieux singuliers, chargés d’histoire.
En ressort une véritable saga, en cinémascope. On ne peut écouter Figurz sans voir défiler ces créatures, ces histoires singulières.
D’ailleurs, tous les clips tournés sont également des réussites. Qui marquent une véritable empreinte. Celle des grands.

Et puis il y a la scène. Là encore le groupe, qui a su se terrer pour affiner son set, excelle. Bien entouré, c’est une véritable et belle tournée qui était prévue avant la crise de la Covid. Quelques dates et puis l’arrêt, complet. Mais ils ont de la ressource. Et des idées. C’est comme ça que nait « How Many Ghost ?  ». Pas de nouvelles compos, non, mais une relecture version confinement de «  Another Kid Comedy ». Cinq titres sur les dix que compte l’album sont retravaillés. On annonce ici ou là des versions acoustiques. J’oserais plutôt parler d’une certaine forme d’intimisme novateur. Toujours aussi créatif et puissant. A l’image du combo. Sombre mais mélodiquement parfait.

Un érotisme à la Tarantino

Même si les fantômes reviennent au galop, toujours présents et pesants, il y a dans ces nouvelles versions une forme encore plus affirmée de séduction. Un érotisme à double sens que ne renierait pas un Tarentino. On fond sur un son de piano, sur la dextérité des guitares à la fois électriques et acoustiques, sur le rythme précis d’un tambour. On est littéralement séduits par ce « remix » audacieux, par cette sensibilité encore plus exacerbée. Et on se laisse porter, emporter, et on finit par planer… Comme si les Artic Monkeys côtoyaient un instant les Pink Floyd, version Pompéi. Avec une bonne dose de Royal Blood en sus. Du subtil au brut de décoffrage, à moins que ce ne soit le contraire, Figurz comble son auditeur. Bref voilà un groupe de bosseurs, ambitieux, mais parfaitement à la hauteur. Stylé et totalement jouissif.


Leur site, ici

Print Friendly, PDF & Email
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x