Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

GUIDE LOKKO : L’Abreuvoir Général à Avèze

Ce guide LOKKO de quelques beaux endroits de Montpellier et de toute l’Occitanie, c’est vous qui le faites. Ce sont vos idées, vos coins de paradis, vos adresses personnelles que nous recensons pour se détendre un week-end, partir en vacances, randonner, bien boire et manger.
Pleine nature ou restaurant, ville ou campagne, mer ou montagne : faites-nous votre suggestion , accompagnée idéalement d’une photo et d’un lien vers un site à contact@lokko.fr

 

Proposé par Claire Schneider

Résidente à la halle Tropisme à Montpellier, Claire Schneider et son compagnon ont ouvert un Tiers lieu rural dédié au numérique et à l’écotourisme dans les Cévennes où l’on peut séjourner pour le travail, les vacances, seul, entre amis ou en famille, en chambres individuelles ou partagées. Au coeur du Parc National des Cévennes, 350 m2 d’espace avec cuisine, salle à manger, bureaux et piscine. 

Notre maison a déjà une très longue vie , presque 4 fois centenaire elle était autrefois demeure du régisseur du château de Montcalm, puis ancienne magnanerie (bâtiment où se pratique l’élevage du ver à soie), puis successivement maison bourgeoise et atelier de serrurerie , auberge de jeunesse et enfin résidence secondaire. Aujourd’hui elle s’est restructurée autour d’un projet de Tiers Lieu afin de créer des synergies communes , de vous accueillir et de découvrir la richesse de notre territoire , le Parc National des Cévennes.

Le projet vient avant tout d’une envie d’entreprendre et d’inventer une nouvelle façon de travailler et de vivre ensemble. Nous faisons partie des urbains désireux de quitter la ville et de mettre en place une nouvelle forme de développement économique et social. Amoureux des Cévennes depuis toujours, Nous avons décidé de rompre avec notre vie d’avant et de nous lancer dans la création d’un Tiers Lieux en milieu rural.
Avec la création de L’Abreuvoir général, nous souhaitons répondre à ces nouveaux besoins de mutualisation des espaces, entre lieu de vie, de travail collaboratif et de partage. Le lieu acquis en 2020, se développe avec la volonté de créer des projets collectifs et ouverts à tous les publics en lien avec les dynamiques du territoire.
Nous désirons avec l’ouverture de l’Abreuvoir Général, promouvoir l’écotourisme et développer les liens sociaux, économiques et culturels sur le territoire. Réduire la fracture numérique, favoriser l’accès à l’emploi et à la formation, mais également développer le partage de compétences et l’ouverture à la culture pour tous.

L’Abreuvoir Général, Tiers Lieu rural dédié au numérique et à l’écotourisme
3, rue de la Descente du Château, 30120 Avèze
https://www.abreuvoirgeneral.com/
04 67 15 00 84

 

LE DOMAINE SAINT THOMAS A ARGELÈS-SUR-MER

Proposé par Elodie Manonviller

Lorsqu’on dit Argelès-sur-mer, on pense soleil, mer, plage, campings… Pourtant niché au milieu de ces camping 5 étoiles, il y a le « Domaine Saint Thomas ». Un lieu qui regroupe chai, vignes, vergers, boutique et des gîtes. Un super séjour hautement recommandé notamment un wine tour à bord d’un 4×4 !
Vous passez votre séjour dans un domaine très familial, créé par Laurence et Pierre-Jean Savoldelli, un couple très accueillant, entouré de sa famille. Dans la boutique, il y a le bar de dégustation à vins. Un grand comptoir où les verres se mélangent (avec la distanciation de mise de notre époque).
C’est plus d’une vingtaine de vins qui sont présentés, des blancs, des rouges, des rosés, des ambré etc. La quasi totalité sont en IGP et AOP garantissant la provenance du terroir viticole et le savoir-faire du Domaine.

Du vin de table au vin d’exception, le domaine dispose d’une large palette de vins pour tous les goûts. La cuvée « prestige » a retenu tout particulièrement mes papilles, s’agissant du blanc et du rouge AOP Collioure dénommé FURBURRY, nom d’un célèbre avocat français. Certains élixirs sont vinifiés en amphore en terre cuite. Mais je ne vous donnerais pas plus d’explication pour vous laisser découvrir ce domaine.
A faire absolument : le Wine tour ! A bord d’un 4×4, le propriétaire vous fait une visite commentée du terroir et vous installe pour une halte gourmande sur les hauteurs de Collioure dans les vignes du Domaine : plateau de charcuterie locale, boquerones Colliourenc (anchois), dégustation des cuvées du Domaine puis retour au domaine pour la visite des chais. Un merveilleuse escapade pour ceux qui aiment les beaux paysages et le bon vin !
Toutes les informations, ici !

 

LE CIRQUE DE NAVACELLES

Proposé par Caroline Poyer

Envie d’une petite baignade fraîche au milieu des journées chaudes ? Situé à environ 1h du centre de Montpellier, le cirque de Navacelles est fait pour vous ! L’eau de la cascade située dans le centre du village de Navacelles est si pure qu’une baignade s’impose, éventuellement dans le puits naturel. Avantage : à 13 ou 14°C, il fait toujours chaud quand vous sortez de l’eau. Suivez la direction Saint-Maurice-Navacelles pour vous y rendre. Après avoir découvert les jolis paysages Cévenols (montagnes, cours d’eau, champs…) vous arriverez dans le cirque de Saint-Maurice-Navacelles par le haut !

Situé entre le Gard et l’Hérault, il est l’un des plus grands canyon d’Europe avec sa profondeur de 300 mètres. Classé Grand Site National, il compose avec ses hautes falaises de calcaire un impressionnant amphithéâtre naturel. Au cœur du cirque, le pittoresque village de Navacelles, avec sa cascade et son environnement grandiose, forment un ensemble vraiment dingue…
Au départ de la Baume Auriol et des Belvédères de Blandas, une navette dessert plusieurs arrêts : le parking des Moulins de la Foux, le pont submersible et le Hameau de Navacelles tous les jours de 9h45 à 12h30 et de 13h30 à 18h.
L’intérêt de cette navette est qu’elle permet de s’aventurer dans le cirque, un site où la descente en véhicule peut s’avérer compliquée à cause de l’étroitesse de la route, et visiter le hameau de Navacelles facilement. D’autant que cette navette est gratuite et accessible aux personnes à mobilité réduite (sur demande auprès des chauffeurs).

 

SAINT JEAN DU BRUEL EN AVEYRON

Proposé par Emmanuel de Roquetaillade

Célèbre animateur radio -sur France Bleu Hérault- et kronikeur LOKKO, Emmanuel de Roquetaillade nous emmène au bar des Halles de Saint-Jean-du-Bruel dans son Aveyron natal après une balade le long des gorges de la Dourbie et ses plages sauvages.

Mon truc à moi c’est le sud Aveyron. C’est vaste. Le Larzac, les cités templières, les paysages lunaires vers Camares. Ou encore ma ville de naissance, que j’aime tant, Millau. Direction l’extrême sud-est du département, la porte des Cévennes, Saint Jean du Bruel. De là, on grimpe vers l’Aigoual. C’est d’ici que la Dourbie abandonne sa vallée et que ses gorges deviennent immensité. Étriquées. Parfois casse pipe mais tellement typiques, sentiers pentus, et à l’arrivée ces rochers et ces petites plages sauvages. Le bruit de l’eau qui coule, et tous ces oiseaux qui chantent. Pas besoin de leçon de méditation, ici tout est relaxation. Chaque coin vaut son pesant d’or. Mais ils se trouvent, il suffit de marcher un peu.

La journée terminée arrive le temps de redescendre vers Saint Jean. Impossible de passer à côté d’un petit moment de convivialité au Bar des Halles. Lieu tout d’abord historique de par son architecture, mais aussi magique, et pour beaucoup mythique. Bière ou menthe à l’eau, l’endroit reste l’un des spots les plus prisés, en été, de celles et ceux qui souhaitent se positionner hors du temps. On y a beaucoup dansé en soirée, il fut un temps, celui de Raoul, patron des lieux. On y dansera encore, nous promet-on.
Un dernier verre et ne vous restera plus qu’à tester l’un des restaurants du village, tous d’excellente réputation.

Pour digérer laissez-vous tenter par un petit tour du bourg. A ne pas rater le Pont Vieux, pont roman du XIIIe siècle qui surplombe la Dourbie. Après une bonne nuit « à la fraîche » vous aurez le choix entre les nombreux marchés de pays, et une petite balade sur les nombreux sentiers pédestres. Et si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à aller visiter les innombrables sites d’exception proches de ce village dont l’air pur est devenu, pour tous ceux qui l’ont découvert, une véritable addiction.

Rens : ici

 

LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE MONTPELLIER

Proposé par Gérald Chanques

Professeur au département d’Anesthésie-Réanimation du CHU de Montpellier, secrétaire général et porte-parole du Comité d’organisation des 800 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier, Gérald Chanques a été également le promoteur avec le photographe Cédric Matet de l’exposition de soignants dans les rues de la ville et sur les grilles du CHU. Ce médecin de Montpellier aussi brillant que généreux a choisi la faculté de médecine où il a le souvenir d’épiques batailles de boules de neige…

Descendant la place de la Canourgue, j’allais m’inscrire pour mes études lorsque je découvris subjugué la Faculté de médecine et la cathédrale attenante. Elles ne faisaient qu’une lorsqu’elles avaient été inaugurées en 1367 par un étudiant devenu Pape, Urbain V. Celui-ci avait dépêché les architectes et ouvriers de sa cité d’Avignon pour ériger un « monastère-collège », bâtiment universitaire aux allures de forteresse : il s’agissait de protéger les étudiants, sur ce terrain collé aux remparts de la ville, en pleine guerre de cent ans et entre deux épisodes de peste noire.

En 2ème année, mes condisciples et moi même déserterons le theatrum anatomicum en plein cours, alors que s’abattait sur la ville une tempête de neige comme Montpellier en connaît tous les dix ans. L’occasion est fugitive disait Hippocrate, on n’allait pas louper cela. La centaine d’étudiantes et d’étudiants quitta le cours préférant faire une bataille rangée de boules de neige, en revivant la croisade des albigeois, les assiégés tirant sur les assaillants du haut des escaliers de la cour d’honneur. Après la bataille vint le réconfort d’un atelier créatif de bonhommes de neige confectionnés pour illustrer une petite anthologie des chansons de garde, dans la pure tradition carabine.

Pour les visiteurs qui flânent dans le quartier la semaine, même si elle paraît imposante, voire fermée, n’hésitez pas à pousser la lourde porte gardée par les statues de Lapeyronie, le barbier-chirurgien devenu médecin, et Barthez, le philosophe des lumières. Le musée d’anatomie, situé dans l’aile construite pour l’accueillir en 1850 le long du boulevard Henri IV (face au jardin des plantes de la Faculté), et le musée Atger (plus ancien musée des beaux arts de la ville, destiné aux médecins pour qu’ils exercent leur sens de l’observation), ne seront pas visibles pour quelques années le temps d’une mise aux normes climatiques, incendie et accessibilité, mais vous pourrez néanmoins surprendre un lieu d’étude encore très vivant (les secondes années y ont cours pour s’imprégner de l’histoire de leur école, et les dernières années pour réviser le concours de l’internat), de même que quelques expositions temporaires.

Peut-être aussi aurez-vous la chance d’assister à une soutenance de thèse en robe universitaire traditionnelle qui se conclut par le chant des internes de Montpellier, la « ferraille ». Vous pourrez découvrir l’atrium et son grand escalier XVIIIe menant à la bibliothèque. Surtout, ne partez pas sans jeter un œil dans la cour d’honneur : sur le mur de gauche vous pourrez lire la légende des siècles écrite par des baies médiévales trilobées, vestiges du XIVe siècle, qui cohabitent dorénavant avec les fenêtres rectangulaires percées à des étages différents au XVII-XVIIIe siècle lors de la rénovation du bâtiment en Évêché, alors qu’il avait été détruit lors les guerres de religion au XVIe siècle. En bas à droite de la cour, longe le choretto de la Cathédrale, vestige du cloître monacal en double rangée ogivale qui faisait le tour du bâtiment au Moyen-Âge : savez-vous qu’on y disséqua précisément ici lorsqu’on déménagea l’Évêque et qu’on y installa l’école de santé après la Révolution, avant de le rendre à Monseigneur en 1823 ? De la rue de l’école de médecine à la place Albert Ier, 650 ans d’histoire et d’architecture universitaire et hospitalière vous contemplent !

Faculté de Médecine – Université de Montpellier (umontpellier.fr), 2 rue de l’école de médecine, 34000 Montpellier.  

 

L’HÔTEL LE BELVÉDÈRE DU RAYON VERT A CERBÈRE

Proposé par Anne Bourrel

Cet hôtel-bateau mythique du village de Cerbère dans les PO, fleuron de l’architecture maritime des années trente, se trouvait sur la route des vacances de la romancière Anne Bourrel. Récemment, elle y a invité ses meilleurs amis. 

Au début du printemps, j’ai réuni quelques-uns de mes plus proches amis et nous avons réservé au Belvédère trois grandes chambres avec cuisine, face à la mer.

Enfant, lorsqu’avec mes parents nous partions pour quelques jours de vacances en Espagne ou sur les plages françaises de la côte Vermeille, cette grande bâtisse à l’entrée de Cerbère, je la voyais comme une bouche avalant les rails du train, un bateau aérien lancée à l’assaut des nuages, une maison fantastique habitée par des gens habillés en rouge, été comme hiver.

Quand bien même aurions-nous voulu entrer, à l’époque, dans les années quatre-vingt, l’hôtel n’était pas ouvert au public. Ce véritable fleuron de l’architecture maritime des années trente et tout premier bâtiment en béton armé a même échappé de justesse à la destruction et ne doit son salut qu’au propriétaire actuel qui a fait classer l’hôtel aux monuments historiques.

Les balcons sur la Méditerranée à l’infini, les murs aux teintes effacées, le mobilier ancien, d’origine ou chiné, les carreaux de ciments espagnols et les chaises en plastique créent un décor néo-romantique et romanesque.

On se croirait en vacances chez un vieil oncle sympathique, chez une grand-tante aimante en même temps que dans une page d’histoire. Et les récits du fils de la famille propriétaire, descendant du fondateur, rajoute à cette impression.

Les fumets délicats des banquets du temps où on s’asseyait à table toute une journée, occasion de faire des affaires en attendant que soit délivré le visa pour l’Espagne ont imprégné les murs ; l’odeur des oranges espagnoles, le café à la liqueur, les croquants aux amandes. Ça bruisse de conversations du passé. Fusent des applaudissements imaginaires destinés aux starlettes et autres stars américaines qui se produisirent dans le théâtre rouge et or à la proue de cet hôtel-bateau. Les murs renferment des chuchotements, des éclats de rire, des éclats de voix. Attention, l’endroit n’est pas hanté, mais comme je l’ai su enfant, c’est un hôtel fait pour rêver.

Hôtel le Belvédère du Rayon Vert – Un monument d’exception à Cerbère (hotel-belvedere-cerbere.fr)

Le vieux théâtre réouvre ses portes les 25 et 26 juin prochain. A 20h30, se jouera « L’Eden Cinéma » de Marguerite Duras. Renseignements au 06 76 54 41 40. 

 

LA VILLA BOULOC EN AVEYRON

Proposé par Vincent Cavaroc

Vincent Cavaroc, le directeur de la Halle Tropisme à Montpellier, nous parle de cet hôtel vintage (ci-dessus) qu’il a ouvert avec des amis dans son département natal de l’Aveyron : « un gite épicurien, une résidence d’artistes et un café culturel estival au cœur du Lévézou, en Aveyron ».

Les amoureux de l’Aveyron connaissent bien l’Aubrac mais probablement moins le Lévézou. Pourtant, à 1h30 de Montpellier, les hauts plateaux du Lévézou trônent à 1000 mètres d’altitude comme un écrin de nature que le temps n’a pas altéré. Au cœur du tout petit village de Bouloc situé à 8 kilomètres du merveilleux lac de Pareloup, l’ancien hôtel-restaurant est depuis peu transformé en grand gite, résidence d’artiste et café culturel estival. La bâtisse est imposante et chaleureuse, et l’aménagement est pensé comme un va et vient entre le passé et le présent. La salle de bar sert de salon, le jardin propose un spa, certaines chambres n’ont pas bougé depuis 1960…

Villa Bouloc, 1 route de Mauriac à Bouloc, 12410 Salles Curan

villabouloc.fr

 

LA BALADE CHANTÉE DU CIRQUE DU BOUT DU MONDE

Proposé par Nadya Charvet

D’origine bretonne, Morgane M. Tréheux vit à Saint Etienne de Gourgas. Elle propose en juillet et en août des balades chantées au Cirque du bout du monde dans le nord de l’Hérault, pour 10 à 20 personnes maximum, en chansons, contes, poésies rendant hommage à la nature. Une proposition de Nadya Charvet pour le guide LOKKO (lire en bas de page).

Elle est arrivée de Bretagne… quand ? ça n’a plus d’importance aujourd’hui, ce qu’il faut retenir de l’histoire c’est qu’elle habitait petite sur une île battue par les vents, et courrait seule entre les rochers des heures durant. Depuis son enfance, Morgane M. Tréheux vit la Nature comme un prolongement d’elle-même, et si elle sait donner de la voix, puisqu’elle est chanteuse et comédienne, elle préfère 1000 fois se taire et écouter.

Elle habite au (Cirque du) bout du monde, pas très loin, dans le nord de l’Hérault, à la bordure sud du Causse du Larzac, une incroyable corniche dominant de 350 m le hameau de Gourgas. Chaque jeudi, pendant l’été, elle prendra sa belle voix, et vous emmènera au bout du monde, en 1h30 sans se presser, car le bout du monde n’est jamais très loin, lorsqu’on est accompagné par un guide qui connaît le chemin pour y parvenir.

L’approche de Morgane passe par l’écoute et le silence. Rassurez-vous, elle ne va pas vous dire chut tout au long du parcours. Vous n’allez pas non plus accélérer le pas, le temps presse et il n’y a rien d’autre à voir. Bien au contraire. De son enfance immergée dans les bruits de la Nature, elle a gardé le sens de l’écoute, acquis le don, précieux, de dialoguer avec les éléments.

Les sons du cirque et sa voix au creux de votre oreille

Des balades chantées, Morgane en a mis en scène pendant des années, surtout des grands formats, avec des groupes de 70,80 qu’elle conviait à des randonnées-spectacle dont elle était alors le chef d’orchestre. Celle-ci sera plus intime. Elle est prévue pour 10, 20 personnes maximum, se déroulera en chansons, contes, poésies rendant hommage aux cycles de la vie, en lien avec ceux de la nature, alternant la l’écoute des sons naturels du Cirque, et ceux d’une voix « originelle et enchanteresse qui se glisse à votre oreille ».

Ne cherchez pas la sorcière derrière cette proposition, Morgane s’est inspirée de son état de femme enceinte pour inviter dans sa balade des voix de femmes et des chants de traditions différentes. Dernier avertissement : simples spectateurs, passez votre chemin. Marcher au bout du monde derrière une Femme-Nature, demande un peu d’engagement, non pas physique mais sensoriel. Alors prêts à passer le mur du son ?

Tous les jeudi de juillet et août 2021, Cirque du Bout du Monde, à Saint Etienne de Gourgas de 18h à 19h30. Rendez-vous au parking visiteurs, à Gourgas Tout public à partir de 10 ans. Prévoir de bonnes chaussures, une bouteille d’eau, un chapeau. Tarif : 10 Euros. Réservations par mail : morganemchante@gmail.com

Site Internet : www.morganem.net

Print Friendly, PDF & Email
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x