GUIDE LOKKO : vos idées pour notre été !

Ce guide LOKKO de quelques beaux endroits de Montpellier et de toute l’Occitanie, c’est vous qui le faites. Ce sont vos idées, vos coins de paradis, vos adresses personnelles que nous recensons pour se détendre un week-end, partir en vacances, randonner, bien boire et manger. Pleine nature ou restaurant, ville ou campagne, mer ou montagne : faites-nous votre suggestion (entre 500 et 1000 signes environ), accompagnée idéalement d’une photo et d’un lien vers un site à contact@lokko.fr

LES MOULINS DE NISSAN

Proposé par Zoé Levasseur

Zoé Levasseur est entrepreneure dans le retail, et entre deux visios, elle se dégourdit les jambes dans les environs du Bitterrois. Elle nous présente une randonnée au panorama montagneux, qui traverse le village de Nissan-lez-Enserune et ses moulins.

C’est comme les moulins d’Alphonse Daudet à Fontvieille ou ceux de Don Quichotte dans La Mancha, sauf qu’on est dans l’Hérault près de Béziers. Nissan-lez-Enserune concentre quelques petits itinéraires agréables. Ce circuit est centré spécifiquement autour des moulins de Nissan. Les moulins datent du XVIIe siècle. Ce sont des moulins céréaliers de type Lauraguais. Orienté nord-ouest, vous aurez une vue imprenable sur la Montagne Noire et le Caroux jusqu’à la Méditerranée. La balade parcourt environ 7 kilomètres et dure un peu plus de 2 heures. Outre les moulins, vous passerez par le pont de Parazols.

De Béziers, filez sur la nationale 9 vers Narbonne puis Nissan-lez-Enserune. Garez-vous près de la mairie ou sur le parking des Moulins près du boulevard des Vieux Moulins. De là, prenez la direction du Moulin Balayé, puis du Moulin Delon. Celui-là n’a pas d’ailes et il n’est pas indiqué sur la carte IGN. Vous traverserez ensuite un petit bois de pins. Le chemin vous conduit à la D162 et continue de l’autre côté. Suivez-le sur quatre-cinq mètres, puis sur votre gauche et enfin sur votre droite. Vous verrez bientôt une route goudronnée, suivez-là sur 300 mètres et vous arriverez au pont de Parazols.

À partir du pont, poursuivez sur cette route pendant 200m, en vue des panneaux. Prenez la piste de gauche, une large piste au milieu d’un bois, jusqu’à apercevoir une parcelle de ce bois autrefois grillagée (il ne reste plus que 2 poteaux métallique). Suivez sur votre gauche, tournez à droite puis à gauche sur la piste qui monte en direction du Puech Pounchat. On rencontre une autre piste un peu avant un poteau électrique, suivez la piste de droite.

On passe devant une cuve DFCI, puis on arrive sur la D162 : traversez-là et prenez en face le chemin goudronné avec un sens interdit sur 80 mètres. Suivez à droite le chemin en direction du Puech Blanc, pendant 400 mètres. Ensuite, prenez sur votre gauche un petit sentier qui monte. Il est raviné et marqué par le passage des VTT. Vous franchirez deux ruisseaux qui restent à sec quand il ne pleut pas. Le sentier vous fait remonter vers le point de départ, près du pylône que l’on aperçoit d’en bas. Au pylône, suivez sur la gauche en direction du moulin de Tiquet.

Chargez le parcours de la rando ici. Si vous le pouvez, je vous conseille de suivre votre itinéraire avec Visiorando. Et marchez à la fraîche le matin, ou attendez que la chaleur retombe !

LE LAC DE LA RAVIÈGE

Proposé par Virginie Bardou

Près de La Salvetat-sur-Agout, les eaux limpides du lac de la Raviège se faufilent dans les versants pentus de la montagne du Haut-Languedoc. Le lac accueille toute l’année baigneurs, marcheurs et pêcheurs, avides de ses trésors. Virginie Bardou, notre secrétaire de rédaction, se souvient de ses (premières) vacances à La Salvetat.

J’ai passé mes premières vacances à La Salvetat, à un an et un mois tout pile. Nous étions partis rejoindre le meilleur ami de mon papa, qui est aussi le papa de ma meilleure amie, dans sa maison de vacances à La Salvetat. J’ai assez peu de souvenirs de ce séjour, mais j’ai compris que nous avions séjourné dans un chalet au camping des Bouldouïres, tout près de sa base nautique. Reste une anecdote, avec preuve en photo, de moi bébé à quatre pattes et goûtant à l’herbe. Si jeune et déjà végétarienne.

Je n’y suis pas retournée souvent, mais mon amie a appris et pratiqué pendant longtemps (même pendant les vacances de Toussaint et surtout celles de Pâques) le ski nautique sur la base du Gua des Brasses grâce à sa rampe de mise à l’eau. La plage est aménagée avec des appontements, on y trouve aussi zone de baignade (avec pataugeoire !) en eau naturelle surveillée en saison. Bref, l’endroit est frais et verdoyant, idéal pour se reposer en famille et faire une sieste à l’ombre des arbres. Anecdote ultime, le lac est une retenue d’eau sur les communes voisines de La Salvetat-sur-Agout. Le nom du lac vient du hameau La Raviège qui fut englouti lors de la mise en eau du barrage en 1957.

Itinéraire par l’A9 direction Mazamet puis Saint-Pons sinon par l’A75 en sortant à Bédarieux et en suivant Saint-Pons. Plus d’infos séjours et hébergement ici.

LES BALCONS DE L’ORB

Proposé par Lucas Chesnay

Avis aux amateurs de sports de plein air et de sensations fortes, le Grand Orb est là pour vous. Lucas Chesnay, photographe nature, a testé la toute nouvelle via ferrata de l’agglomération, les Balcons de l’Orb, et c’est une réussite.

Si vous aimez crapahuter et que vous n’avez pas peur des hauteurs, vous connaissez peut-être déjà la falaise du Caussanel. Située au Bousquet de la Balme, sur la commune de La Tour-sur-Orb, le lieu a acquis une solide réputation pour la pratique de l’escalade. La municipalité a conçu ces 2 parcours perchés à 70 mètres de hauteur en partenariat avec la société Acroroc.

La paroi rocheuse a été aménagée avec ponts de singe et échelles. La descente en tyrolienne est plus aisée que l’escalade du massif, tout en étant vertigineuse. Point culminant de l’activité, la vue sur la vallée de l’Orb, imprenable. Comme l’escalade, la via ferrata peut se pratiquer en accès libre ou encadrée par des prestataires – je vous recommande “Arbre & Aventure 34”, qui fait à la fois la location du matériel et l’accompagnement.

Sinon, pour celles et ceux qui ont le vertige et qui préfèrent garder les pieds sur terre, il y a l’option randonnée avec ce circuit en balcon sur les hauteurs de Bédarieux. Ça grimpe, le plateau est riche en pierres sèches et en panoramas. On termine le parcours le long de l’Orb, et ça c’est rafraîchissant. Retrouvez toutes les infos et les fiches parcours ici.

Pour plus d’infos sur la via ferrata Les Balcons de l’Orb, cliquer ici. Contacter Arbre & Aventure 34 à Bédarieux au 06 71 73 93 58. Parking (obligatoire) entre le Mas Blanc et le Bousquet de la Balme (La Tour-sur-Orb) puis marche de 20 minutes jusqu’au point de départ.

LE LEZ VERT

Proposé par Clémence Majory

Dans le quartier Agropolis, sur la base de Lavalette, une partie du Lez est utilisée pour le sport nautique. Sur cette partie du Lez, vous trouverez un petit coin de calme et verdure à quelques pas du vacarme de la ville à dix minutes de la place de la Comédie. Clémence Majory, professeur des écoles, nous recommande ce havre de paix.

On est loin du quartier de l’Écusson et du tumulte du centre ville, on a complètement changé d’atmosphère. Pourtant on ne fait que longer le Lez, en laissant derrière soi Port Marianne et sans quitter Montpellier. Le lieu est méconnu des citadins mais le dépaysement est garanti au Lez Vert, dans le domaine boisé de Lavalette. Rien à voir avec les berges du Lez ultra-urbanisées qui accueillent le FISE, on le redécouvre, naturel et brut de décoffrage.

Vvraiment l’endroit idéal pour poser sa serviette ou sa couverture et pique-niquer. Si vous vous en sentez le courage, vous pouvez faire une balade digestive qui vous conduira au parc Méric ou encore au zoo du Lunaret. Le sentier est agréé par le comité départemental de la randonnée pédestre de l’Hérault, pas d’inquiétude.

Le Lez Vert est le lieu de rendez vous des feux de camps la nuit et des baigneurs le jour. C’est aussi le territoire du MUC CK (le Montpellier Université club de canoë-kayak). Le club est ouvert à tous les âges et adapté aux pratiques handisport. Si vous voulez tester un stage de canoë sur le Lez vert, c’est là-bas !

Rendez-vous au parking Agropolis ou à la station de tramway Charles-de-Gaulle. Montpellier Université Club Canoë-Kayak, base nautique de Lavalette 1076 rue J-F Breton, 34090 Montpellier. Téléphoner au 04 67 61 19 19.

LE ROOFTOP DU MERCURE

Proposé par Émilie Calvet

Ça vous dit, un brunch sur l’un des plus anciens rooftop de Montpellier ? Émilie Calvet, infirmière à l’hôpital Lapeyronie, nous recommande le Vertigo Rooftop, cette terrasse panoramique en plein cœur du quartier Antigone.

Si la proposition vous branche, je vous emmène au Vertigo Rooftop. Suivez-moi, on va au huitième étage, sur le toit-terrasse de l’hôtel Pullman Montpellier Centre dans le quartier Polygone. La vue sur la ville et le centre historique est imprenable, le cadre est magnifique, c’est le genre d’endroit à vous couper le souffle tellement c’est joli.

Mine de rien, de nombreux spots en rooftop permettent de se dépayser et d’avoir la ville à ses pieds. Le Vertigo est mon préféré. La terrasse est ombragée l’été, chauffée et couverte en hiver. À l’intérieur, on peut voir la vinothèque où son exposées les plus belles bouteilles de la région. Côté resto, Le Vertigo propose une authentique cuisine méditerranéenne et locale : la viande vient de l’Aubrac, les poissons de Méditerranée.

Idéal pour un rendez-vous professionnel ou un brunch dominical, l’ambiance est à la fois conviviale et dynamique. Le service est irréprochable, parfait pour un dîner aux chandelles ou un afterwork. C’est aussi un lieu d’exception pour organiser un repas de groupe dans le cœur de Montpellier.

Adresse au 1, rue des Pertuisanes à Montpellier. Réservations par téléphone au 04 67 99 72 72. Plus d’infos sur le site.

LE LAC DE SAINT-FERRÉOL

Proposé par Franck Martel

Le lac de Saint-Ferréol est un véritable bijou technique signé Paul Riquet, niché au cœur de la montagne Noire. Franck Martel, infirmier à Lamalou-les-Bains, y a ses habitudes avec ses deux filles. Aux portes de la Haute-Garonne, la base de loisirs de Revel est un appel au dépaysement avec son parc à l’anglaise et sa pinède.

Le lac de Saint-Ferréol est entouré des premiers sommets arborés de la montagne Noire. Les 67 hectares de la réserve ont la particularité d’être sur 3 départements et 4 communes : Revel et Vaudreuille (Haute-Garonne), Sorèze (Tarn) et Les Brunels (Aude). Construit à partir de 1667, cette retenue d’eau se pare de plantations d’agrément dès le XVIIIe siècle, qui permettaient au départ de stabiliser la structure du bassin.

La base de loisirs propose toutes sortes d’activités, terrestres et nautiques : stand up paddle ou canoë kayak, VTT électrique, accro-branche ou encore spéléologie. La baignade est surveillée en été, et le tour du lac (4,5 km) fait une belle promenade à l’ombre des pins. À l’extrémité de la digue, vous verrez la gerbe d’eau et les cascades aménagées au XIXe siècle. Bref, c’est la mer à la montagne. Aujourd’hui, c’est un lieu de rendez-vous familial avec la baignade surveillée en été, la base de loisirs ou encore les restaurants avec vue sur le lac.

Baignade autorisée et surveillée, pêche autorisée. Nos amis les chiens sont acceptés. Itinéraire par l’A9 puis l’A61, suivre Revel. Pour plus d’infos, consulter le site de la base de loisirs.

L’ÉTANG DE THAU EN 2CV

Proposé par Lucie Langlais

À Mèze, Tom et Emma proposent aux touristes et aux lokkos des balades insolites sur les routes du département… à bord d’une mythique 2CV Citroën ! Lucie Langlais, assistante d’éducation, nous recommande ce rendez-vous matinal aux airs des légendes rurales et de la richesse de sa contrée.

La balade des deuchs heureuses, c’est le bébé de Tom et Emma, deux amis originaires de l’Hérault. Le premier est guide professionnel et passionné de sa région, dont il connaît les moindres recoins et les moindres anecdotes. La seconde a baigné toute sa vie dans les véhicules anciens et est ravie de transmettre sa passion des 2CV au quotidien.

Le concept est complètement insolite, les road trips ont vraiment un air de vacances, on sillonne les routes, on les redécouvre sous un autre angle… C’est un régal de découvrir ce patrimoine et ce terroir gastro et viticole. En famille ou entre amis, c’est un superbe moment d’immersion et des souvenirs inoubliables. Le plus, évidemment, apprendre à conduire une 2CV ! Avant le départ, Emma vous présente la 2CV et propose un tour de chauffe aux chauffeurs volontaires. Ensuite, vous n’aurez qu’à suivre Tom, dans sa propre 2CV pilote, et vous pourrez communiquer avec lui au talkie ! Mon père, un passionné de voitures anciennes qui ne rate aucun rallye, a été ravi par ce cadeau de départ à la retraite.

Si vous souhaitez vous offrir ce joli souvenir de vacances, le conducteur principal devra être âgé d’au moins 21 ans et pouvoir présenter un permis B valide depuis au moins 3 ans. Plus d’infos ici sur le site ou sur leur page Facebook. Sinon, contacter Tom et Emma au 07 83 08 38 05.

LES GORGES D’HÉRIC

Proposé par Ruby Migneault

Au cœur du massif du Caroux se nichent les gorges d’Héric, très prisées des randonneurs, grimpeurs et amoureux des paysages remarquables. Ruby Migneault, étudiante en biologie, est tombée sous le charme de ce paysage lunaire.

J’ai découvert les gorges d’Héric lors de ma journée d’intégration de seconde, pour laquelle les professeurs nous avaient emmenés crapahuter au cœur du Caroux. Ça forme les amitiés, parce que même si le sentier est très accessible, l’omniprésence de la pierre forme un paysage assez lunaire et provoque pas mal de vertiges. Les gorges d’Héric se situent près de Mons-la-Trivalle, dans le nord-ouest de l’Hérault. Elles ont été creusée par l’Héric, une rivière qui va se jeter un peu plus loin dans le fleuve Orb.

Grâce à un sentier pédestre qui longe la route, on peut découvrir la richesse et la diversité de la faune et la flore locale. L’immersion est totale dès le premier virage, et le paysage est à couper le souffle. Vous verrez, ça fait un peu “Tintin sur la Lune” ou “Voyage au centre de la Terre”. D’un point de vue géologique, les gorges d’Héric sont fascinantes. La balade se fait exclusivement à pied, comptez 5 kilomètres et 315 mètres de dénivelé positif. Ça fait donc 1h30 en marchant normalement mais 2 heures en incluant les pauses nécessaires aux observations. Pour la baignade, je vous conseille le gouffre du Cerisier, piscine naturellement creusée (et très prisée) mais ô combien splendide.

Le site est gratuit et accessible toute l’année, seul le parking est payant (compter 3,50 € pour une voiture). Attention, prévoir de la monnaie ! Sur place, le snack Loulette accueille les visiteurs en saison avec tables de pique-nique, toilettes et point d’eau sur le parking. Depuis Montpellier, prendre l’A75 vers Clermont l’Hérault puis la sortie 57 vers Bédarieux. Sinon, calculez votre itinéraire ici. À partir de Mons-la-Trivalle, suivre les panneaux gorges d’Héric.

Photo @Cort

LE LAC DE CÉCÉLÈS

Proposé par Kevin Kappel

Un lac bleu turquoise digne des Caraïbes dans l’Hérault, qui l’aurait cru ? Kevin Kappel, agent immobilier à Montpellier, nous présente le lac de Cécélès, ce havre ce paix sauvage et la jolie guinguette qui l’accompagne !

Non, pas besoin d’aller dans les Caraïbes, là-bas aussi on a droit à des eaux turquoises . Il suffit de prendre un bout d’autoroute en direction d’Alès et vous êtes déjà presque arrivés à Saint-Mathieu-de-Tréviers.
Le lac de Cécélès est une réserve d’eau agricole privée située au pied du pic Saint-Loup. En revanche qui dit réserve agricole dit tout de même eau trouble et plages de gros sable… Eh oui, on est dans le Midi et l’eau est argileuse. Celles et ceux qui connaissent le lac du Salagou ne seront pas surpris, même si l’eau est moins rouge.

Le lac de Cécélès, c’est mon terrain de jeu. C’est la sortie que je m’offre avec mon amoureux pour casser ma routine d’accro au boulot, c’est notre moment de calme et de liberté. La Guinguette des Amoureux est un restaurant aux allures de paradis. Sans rire, la terrasse qui surplombe le lac vous offre une vue imprenable sur tous les environs. Il y en a pour tous les goûts, entre ambiance familiale et atmosphère décontractée. Rendez-vous tout l’été pour des soirées lives les pieds dans l’eau.

Chargez l’itinéraire à partir de . La route de Saint-Mathieu est la dernière ligne droite. Les chiens, chevaux et engins à moteurs sont prohibés pour garder intacte cette nature à l’état brut, idem pour la pêche. Attention, parking (peut-être) payant. Pour la Guinguette des Amoureux, retrouvez toutes les infos ici. Réservation conseillée.

Photo @La Guinguette des Amoureux

LES PYRÉNÉES-ORIENTALES AVEC LE TRAIN JAUNE

Proposé par Gabriel Aupry

Depuis un siècle, le train emblématique des montagnes catalanes relie Villefranche-de-Conflent à Latour-de-Carol. Celui qu’on appelle aussi “le Canari” parcourt 63 kilomètres avec plus de mille mètres de dénivelé. Gabriel Aupry, père de famille et responsable des ressources humaines à Montpellier, nous parle de cette sortie estivale qu’il adore faire avec ses enfants.

Si vous avez envie d’une balade dépaysante loin du tumulte de Montpellier, alors ce trajet hors du temps à travers les Pyrénées est fait pour vous ! À bord du train, la vue sur les paysages de Cerdagne est imprenable. Ma grand-mère disait toujours que si on peut voir la pointe du Canigou depuis le Grau-d’Agde, c’est que la pluie n’est pas loin.

Le Train Jaune fait la fierté des Pyrénées catalanes et en porte même les couleurs sang et or. C’est de sa couleur jaune que lui vient aussi le surnom de “canari”. Cette célèbre ligne, c’est la façon la plus inattendue d’accéder au Parc naturel régional des Pyrénées catalanes. Sans en avoir l’air, ce train d’un autre temps qui circule à la modeste vitesse de 30 kilomètres à l’heure est un TER. Ce qui signifie qu’il assure toute l’année plusieurs rotations quotidiennes, quelles que soient les conditions climatiques.

Le Train Jaune dessert vingt-deux gares le long d’un parcours de soixante-trois kilomètres entre Villefranche/Vernet-les-Bains/Fuilla et La Tour-de-Carol/Enveitg. Il relie la vallée de la Têt au plateau de Cerdan, escalade la montagne et s’accroche à d’étroites corniches. Le plus impressionnant, c’est évidemment le panorama, ponctués de sites culturels et insolites. Par exemple la gare de Bolquère, la plus haute de France, qui culmine à plus de 1 500 mètres d’altitude ! Attention aux vertiges donc, le train tutoie parfois le vide.

N’oubliez pas, dans quatorze des vingt-deux gares du parcours, le train ne s’arrête que si vous le demandez. Pour monter, faites un signe au conducteur, pour descendre, prévenez le contrôleur. Toutes les infos sont disponibles ici ou . Pour réserver et découvrir l’offre spéciale des transports régionaux pour la saison 2022, cliquer ici.

LE MAS DE RIRI AU BORD DU SALAGOU

Proposé par Virginie Bardou

Bien connu des Lokkos, le lac du Salagou a ses mythes et légendes dignes de l’Atlantide. Passionnée de lecture et de balades en pleine nature, Virginie, journaliste, nous recommande cette guinguette devenue un lieu privilégié des campeurs.

Le lac du Salagou, on le connaît bien dans ma famille. Quand j’étais enfant, on allait chaque été y passer une journée les pieds dans l’eau avec mes cousins de Sète. Ce que je ne savais pas, c’est que le village de Celles n’a jamais été englouti par les eaux du barrage.

C’était pour permettre l’irrigation des vignobles de cette partie de la vallée de l’Hérault qu’on a construit un barrage et un lac sur le ruisseau Salagou – tout petit mais avec des crues extraordinaires. À l’époque, Celles compte environ 80 habitants, tous agriculteurs ou presque. Le village est voué à être enseveli et démarrent les expropriations. Quand l’eau commence à recouvrir la vallée, les villageois s’en vont les uns après les autres. Et même si l’eau n’atteindra jamais le village, c’est trop tard…

N’ayant jamais perdu son statut de commune, Riri Goudal en a été le maire durant 4 mandats consécutifs, puis est venu le tour de sa fille, toujours en fonction. Depuis les années 80, la commune se bat pour revivre. Riri et sa femme Marcelle ont toujours refusé d’abandonner le village. Ainsi, ils ont installé leur ginguette au bord du lac dans les années 70. Petit à petit, le mas va s’agrandir, sous l’impulsion de leur fille Joëlle. Dans votre escapade autour du lac, passez visiter Celles. Pour les cinéphiles : c’était le décor du film “Zone rouge”, sorti en 1985 ! C’est de là que vient l’effet “incendie” qu’on peut remarquer sur les maisons du village.

Dans ce cadre préservé et ce havre de paix, Youri Dangel, le petit-fils, propose avec son équipe quelques chambres d’hôtels et un camping tranquille avec des mobile-homes et des tentes. Il y a aussi un restaurant avec une cuisine maison et locale à souhait, ainsi que des soirées musicales. Comme il le dit si bien, “le Mas de Riri, c’est plus qu’un camping, c’est un état d’esprit, une manière de vivre et de partager”… et ça marche !

Le Mas de Riri 34700 CELLESAutoroute A75,  sortie 54 ou 55, suivre direction Octon. Dès le lac est en vue, ralentissez, le Mas de Riri est sur votre gauche, en contre bas.

Pour plus d’informations, téléphoner au 04 67 96 77 80 ou visiter la page Facebook ici. Pour consulter les tarifs, voir le site .

Ouverture du 01/04 au 30/10 (la haute saison va du 01/07 au 30/09).

Photo @Le Mas de Riri

CANOË-KAYAK À AGDE

Proposé par Louise Théron

Depuis 30 ans, Fabrice et Samira accompagnent des groupes en séjours sportifs. Inédit, leur Cap Nature propoée par Louise Théron, étudiante à Montpellier, militante écologiste : une aventure en canoë kayak éco-responsable.

Sur les berges de l’Hérault, aux abords du canal du midi, le littoral agathois s’étend de la plage de Portiragne au village naturiste du Cap. Autour du fleuve Hérault, on découvre tous les jours des endroits magnifiques. Les étangs du Clos à Vias et celui du Bagnas près de Marseillan sont de magnifiques refuges à la biodiversité. Les sites volcaniques très typiques et l’arrière pays sont aussi des lieux incroyables.

Fabrice et Samira sont bien connus à Agde : ils proposent depuis plusieurs années des séjours sportifs, voile, escalade, spéléologie, via ferrata, randonnée…

Leur approche privilégie la convivialité, le respect de l’environnement et le plaisir. L’originalité de Cap Nature consiste à proposer des parcours à proximité des lieux de vacances pour éviter les déplacements en voiture. Une démarche responsable qui offre la possibilité de découvrir en canoë-kayak les étangs, le fleuve, le canal du midi et la mer autrement.

Cap Nature, 4 rue Saint-Maxence 34300 Agde Toutes les infos ici ou .

Photos @Cap Nature

LE CHÂTEAU DE VISSEC

Proposé par Alix Aubert

Entre Sorbs et Navacelles, le petit village de Vissec abrite un petit château privé qui se visite gratuitement. Petite particularité : le propriétaire Jean-Luc Bourrier accueille en personne les visiteurs et raconte son héritage familial. Une proposition de Alix Aubert, graphiste.

En amont du cirque de Navacelles, nichée dans les gorges de la Vis, se trouve Vissec, traversée par cette rivière souterraine qui revient à la surface par une résurgence impressionnante.

Le modeste château s’élève sur la place du village. Il est aménagé sur les ruines du puissant château-fort des Vissec de la Tude, première famille des seigneurs de Vissec. La demeure seigneuriale (le château) et les ruines (le castellas) sont labellisés Monument historique depuis 2009.

Le château ouvrira au public pour la saison estivale (le 4 juillet), avec visite guidée gratuite, animations culturelles et expositions de photographies. À découvrir, l’escalier d’honneur, l’antichambre, le cabinet de travail et la chambre du dernier marquis de Vissec, au charme intact depuis 356 ans !

Comme son château, Vissec a un passé médiéval très riche, qui va de la croisade des Albigeois à la Révolution en passant par les guerres de religion. Le cartulaire de l’abbaye de Gellone à Saint-Guilhem-le-Désert mentionne le village dès 1084. À Vissec, la beauté est intérieure… et historique !

On y mange très bien, des pélardons comme ceux du Camp d’Altou mais pas que ! Pour une promenade digestive mais sportive, empruntez le sentier botanique qui serpente entre les gorges de la Vis et les moulins de la Foux. Il vous permettra de découvrir la flore caussenarde.

Château de Vissec, 30770 Vissec Renseignements au 07 69 07 96 88. Pour plus d’informations, visiter le site ici ou la page Facebook . En 2022, ouverture du 4 juillet au 19 août inclus de 14h à 20h (fermeture hebdomadaire le mercredi).

LES THERMES DE LACAUNE

Proposé par Valérie Hernandez

La cité thermale de Lacaune est à moins de deux heures de Montpellier, un excellent spot pour un week-end gastronomie et détente. Une adresse recommandée par Valérie Hernandez, la directrice de LOKKO.

À Lacaune, il n’y a pas que de la saucisse sèche, bien connue et du fromage à raclette à se damner. C’est aussi un complexe Spa public d’un excellent standing. À partir de Hérépian, près de Bédarieux, c’est une route de montagne magnifique où l’on passe le fameux col des 13 Vents (dès qu’on franchit la frontière du Tarn, la chaussée est chaotique et ce n’est pas un détail).

Les sources chaudes de cette cité tarnaise ont permis la relance récente d’une activité thermale avec un centre chic et ultra propre aux prix abordable (18 euros la session) avec hammam faïencé, sauna, piscine à bulles, tisanerie et un jacuzzi extérieur en pleine forêt d’érables. Réservation conseillée. Et à côté une belle piscine avec sauna et hammam.

À quelques kilomètres, la station de Picotalen est la seule et unique station de ski dans le Tarn et la plus petite en Occitanie. En hiver, il n’y a pas toujours de la neige mais on peut faire des randonnées le long de trois parcours de 3, 7 et 15 km.

Pour le spa, appeler le 05 63 37 69 90 et le ski ou les randos, c’est ici.

LE HAMEAU DE CASSAGNES

Proposé par Catherine Feunten

Catherine Feunteun, entrepreneure dans le numérique, nous présente sa balade préférée en Occitanie, en plein parc des Cévennes, qu’elle a découverte par hasard en cherchant un décor pour un roman noir.

De Millau, filez vers Le Rozier par la D187. Au Rozier, prenez la D996 vers Le Truel, là où l’aventure commence. Au bout du hameau, vous rencontrerez une route sans balisage qui monte sec à gauche. C’est du rallye, mais c’est sublime. Vous arrivez sur le causse au bout de 5 kilomètres environ. Au premier embranchement visible, deux choix : sur la gauche, la GR6, c’est la bonne, qui vous conduira au départ de la balade, le hameau de Cassagnes. Si à l’embranchement vous aviez pris à droite, vous seriez arrivé au village de Saint-Pierre-des-Tripiers. Vous êtes au bout du monde, entre forces telluriques et forces stellaires. De quoi être parcouru, revigoré d’intenses ondes.

Cassagnes derrière vous, suivez le GR6 puis le GRP balisé rouge et jaune, enfoncez-vous dans la forêt douce, odoriférante, caressante si le vent est de la partie. Vous longez les gorges de la Jonte en contrebas, trop haut pour distinguer l’eau printanière courir entre la roche. Si à un moment, vous passez le portail métallique du Pas de Loup, c’est que vous êtes sur la bonne sente. En approche, voici les énormes blocs de granit connus sous les noms de “Vase de Chine” et “Vase de Sèvre”, édifiants et dégageant la force magique des concrétions minérales majestueuses.

Si vous êtes toujours sur le GR6, restez-y pour atteindre un petit col. Subtilement, vous bifurquerez sur la gauche et rejoindrez la corniche des gorges du Tarn pour partie retour de la boucle par le “sentier Martel”. Ne pressez pas le pas, tout va bien même de ce côté plus ombragé. Le chemin est plus large de ce coté nord. En face sur l’autre versant des gorges du Tarn, les villages semi troglodyte d’Églazines et Saint-Marcellin dans la verdure. C’est la fin de cette ballade paradisiaque, très peu fréquentée hors période de vacances.

Chargez le déroulé et le plan de la balade ici.

LE MOULIN À PAPIER DE BROUSSES

Proposé par Bernard Lagarrigue

Ancien journaliste à France 3 Occitanie, Bernard Lagarrigue se consacre aujourd’hui à l’écriture de romans. Vivant entre Le Grau-du-Roi et Brousses-et-Villaret, dans l’Aude, où il a grandi, il partage ses souvenirs d’enfant et d’étudiant autour de ce moulin, vestige industriel d’un autre temps. 

D’où que vous veniez, vous quitterez votre voiture sous les ombrages d’un parking forain et poursuivrez à pied votre chemin vers le moulin à papier entre des talus, parsemés de rochers, recouverts de bruyères, d’alisiers, de quelques sapins et le ravin où chante, et parfois gronde, la Dure, cette rivière qu’enjambe une passerelle aux allures de pont himalayen à l’entrée même du dernier moulin encore en activité.

Si le temps est au beau, un conseil. Avant de pousser la porte d’entrée, empruntez ce pont suspendu, et hissez-vous jusqu’au plateau, une balade de quelques centaines de mètres pour rejoindre un point de vue sans risque de se perdre, le sentier est balisé. De là-haut la vue est superbe, une sorte d’oasis de pierre et de tuiles baignée par la rivière, au milieu d’un océan de verdures sombre où domine le chêne vert.
Pendant des décennies des générations de papetiers ont produit papiers et cartons, Brousses était reconnu comme un centre papetier d’excellence. Une dizaine de moulins s’échelonnaient le long de la Dure au XIXe siècle. Il n’en reste plus qu’un, et le seul en Languedoc toujours en activité.
Enfant, avec les autres garnements du village, il était notre eldorado. Il produisait alors des cartons à partir de bouquins, journaux, revues usagés. Nous avions une passion, aider les ouvriers à pousser les wagonnets chargés de feuilles de carton vers les séchoirs en plein air. Autre distraction, organiser des batailles à coups de vieux papiers et j’allais oublier les bains dans la rivière. Plus tard, j’étais alors étudiant, j’y ai retrouvé trois ou quatre exemplaires de la Dépêche du Midi avec des éditoriaux de Jaurès !
Tout aurait pu s’arrêter en 1981, au départ en retraite du meunier. C’était compter sans la détermination de ses enfants, descendants directs du fondateur. Et en 1994, le moulin papetier ouvrait aux visiteurs qui pouvait découvrir les mystères de la fabrication du papier, à partir de tout ce qui peut contenir de la cellulose, chiffons, papiers… et même crottin d’éléphant.
Et, quand en voisin, je fais un saut au Moulin, les souvenirs d’enfance reviennent. C’est aussi cela, pour moi, qui fait la magie de ce lieu unique à des centaines de kilomètres à la ronde.

Le Moulin à Papier de Brousses, Le Cambou, Brousses-et-Villaret 11390
Renseignements au 04 68 26 67 43 ou bien ici.

LE PUB SHAKESPEARE

Proposé par Anna Perra

Étudiante en journalisme à Maynooth University en Irlande, Anna Perra a eu envie de nous parler de ce pub mythique de Montpellier, repère des étudiants internationaux.

Si William Shakespeare était encore parmi nous, le pub éponyme “Le Shakespeare” aurait pu inspirer ses scènes de tavernes les plus rocambolesques. Niché au cœur du vieux Montpellier à la croisée des rues Embouque d’Or et de la Petite Loge, ce bar british traditionnel vous invite dans une ambiance à la fois tamisée et fiévreuse sous des voûtes en pierres du XVIIe. Les étudiants internationaux en ont fait un véritable repère et les bières importées d’une brasserie située à Bedforshire, dans le sud de l’Angleterre, ravissent les amateurs de houblons. Que ce soit pour sympathiser avec un inconnu au cours d’une partie de fléchettes ou remporter un panier garni à l’issue d’une des soirées quiz hebdomadaires, ce pub renoue avec l’effervescence de la vie nocturne qui nous a tant manqué ces derniers mois.

12, rue de la Petite Loge, 34000 Montpellier
Toutes les infos, ici !
Crédit photo : TripAdvisor

L’ABREUVOIR GÉNÉRAL À AVÈZE

Proposé par Claire Schneider

Résidente à la halle Tropisme à Montpellier, Claire Schneider et son compagnon ont ouvert un Tiers Lieu rural dédié au numérique et à l’écotourisme dans les Cévennes où l’on peut séjourner pour le travail, les vacances, seul, entre amis ou en famille, en chambres individuelles ou partagées.

Notre maison a déjà une très longue vie, presque 4 fois centenaire elle était autrefois demeure du régisseur du château de Montcalm, puis ancienne magnanerie (bâtiment où se pratique l’élevage du ver à soie), puis successivement maison bourgeoise et atelier de serrurerie , auberge de jeunesse et enfin résidence secondaire. Aujourd’hui elle s’est restructurée autour d’un projet de Tiers Lieu afin de créer des synergies communes, de vous accueillir et de découvrir la richesse de notre territoire, le parc national des Cévennes.

Le projet vient avant tout d’une envie d’entreprendre et d’inventer une nouvelle façon de travailler et de vivre ensemble. Nous faisons partie des urbains désireux de quitter la ville et de mettre en place une nouvelle forme de développement économique et social. Amoureux des Cévennes depuis toujours, Nous avons décidé de rompre avec notre vie d’avant et de nous lancer dans la création d’un Tiers Lieux en milieu rural.
Avec la création de L’Abreuvoir général, nous souhaitons répondre à ces nouveaux besoins de mutualisation des espaces, entre lieu de vie, de travail collaboratif et de partage. Le lieu acquis en 2020, se développe avec la volonté de créer des projets collectifs et ouverts à tous les publics en lien avec les dynamiques du territoire.
Nous désirons avec l’ouverture de l’Abreuvoir Général, promouvoir l’écotourisme et développer les liens sociaux, économiques et culturels sur le territoire. Réduire la fracture numérique, favoriser l’accès à l’emploi et à la formation, mais également développer le partage de compétences et l’ouverture à la culture pour tous.

L’Abreuvoir Général, Tiers Lieu rural dédié au numérique et à l’écotourisme
3, rue de la Descente du Château, 30120 Avèze
Toutes les infos, ici !
04 67 15 00 84

LE DOMAINE SAINT-THOMAS À ARGELÈS

Proposé par Élodie Manonviller

Communicante et formatrice à Montpellier, Elodie Manonviller a découvert ce vignoble exceptionnel et y revient souvent…

Lorsqu’on dit Argelès-sur-Mer, on pense soleil, mer, plage, campings… Pourtant niché au milieu de ces camping 5 étoiles, il y a le “Domaine Saint Thomas”. Un lieu qui regroupe chai, vignes, vergers, boutique et des gîtes. Un super séjour hautement recommandé notamment un wine tour à bord d’un 4×4 !
Vous passez votre séjour dans un domaine très familial, créé par Laurence et Pierre-Jean Savoldelli, un couple très accueillant, entouré de sa famille. Dans la boutique, il y a le bar de dégustation à vins. Un grand comptoir où les verres se mélangent (avec la distanciation de mise de notre époque).
C’est plus d’une vingtaine de vins qui sont présentés, des blancs, des rouges, des rosés, des ambré, etc. La quasi totalité sont en IGP et AOP garantissant la provenance du terroir viticole et le savoir-faire du Domaine.

Du vin de table au vin d’exception, le domaine dispose d’une large palette de vins pour tous les goûts. La cuvée “prestige” a retenu tout particulièrement mes papilles, s’agissant du blanc et du rouge AOP Collioure dénommé FURBURRY, nom d’un célèbre avocat français. Certains élixirs sont vinifiés en amphore en terre cuite. Mais je ne vous donnerais pas plus d’explication pour vous laisser découvrir ce domaine.
À faire absolument : le Wine tour ! À bord d’un 4×4, le propriétaire vous fait une visite commentée du terroir et vous installe pour une halte gourmande sur les hauteurs de Collioure dans les vignes du Domaine : plateau de charcuterie locale, boquerones Colliourenc (anchois), dégustation des cuvées du Domaine puis retour au domaine pour la visite des chais. Un merveilleuse escapade pour ceux qui aiment les beaux paysages et le bon vin !
Toutes les informations, ici !

LE CIRQUE DE NAVACELLES

Proposé par Caroline Poyer

Maman de 3 enfants, la fondatrice de la Maison des makers à Montpellier, référence du Do it Yoursel, connaît les grands classiques des sorties pour enfants !

Envie d’une petite baignade fraîche au milieu des journées chaudes ? Situé à environ 1 heure du centre de Montpellier, le cirque de Navacelles est fait pour vous ! L’eau de la cascade située dans le centre du village de Navacelles est si pure qu’une baignade s’impose, éventuellement dans le puits naturel. Avantage : à 13 ou 14°C, il fait toujours chaud quand vous sortez de l’eau. Suivez la direction Saint-Maurice-Navacelles pour vous y rendre. Après avoir découvert les jolis paysages Cévenols (montagnes, cours d’eau, champs…) vous arriverez dans le cirque de Saint-Maurice-Navacelles par le haut !

Situé entre le Gard et l’Hérault, il est l’un des plus grands canyon d’Europe avec sa profondeur de 300 mètres. Classé Grand Site National, il compose avec ses hautes falaises de calcaire un impressionnant amphithéâtre naturel. Au cœur du cirque, le pittoresque village de Navacelles, avec sa cascade et son environnement grandiose, forment un ensemble vraiment dingue…
Au départ de la Baume Auriol et des Belvédères de Blandas, une navette dessert plusieurs arrêts : le parking des Moulins de la Foux, le pont submersible et le Hameau de Navacelles tous les jours de 9h45 à 12h30 et de 13h30 à 18h.
L’intérêt de cette navette est qu’elle permet de s’aventurer dans le cirque, un site où la descente en véhicule peut s’avérer compliquée à cause de l’étroitesse de la route, et visiter le hameau de Navacelles facilement. D’autant que cette navette est gratuite et accessible aux personnes à mobilité réduite (sur demande auprès des chauffeurs).

SAINT-JEAN-DU-BRUEL EN AVEYRON

Proposé par Emmanuel de Roquetaillade

Animateur radio sur France Bleu Hérault, Emmanuel de Roquetaillade nous emmène au bar des Halles de Saint-Jean-du-Bruel dans son Aveyron natal après une balade le long des gorges de la Dourbie et ses plages sauvages.

Mon truc à moi c’est le sud Aveyron. C’est vaste. Le Larzac, les cités templières, les paysages lunaires vers Camares. Ou encore ma ville de naissance, que j’aime tant, Millau. Direction l’extrême sud-est du département, la porte des Cévennes, Saint-Jean-du-Bruel. De là, on grimpe vers l’Aigoual. C’est d’ici que la Dourbie abandonne sa vallée et que ses gorges deviennent immensité. Étriquées. Parfois casse pipe mais tellement typiques, sentiers pentus, et à l’arrivée ces rochers et ces petites plages sauvages. Le bruit de l’eau qui coule, et tous ces oiseaux qui chantent. Pas besoin de leçon de méditation, ici tout est relaxation. Chaque coin vaut son pesant d’or. Mais ils se trouvent, il suffit de marcher un peu.

La journée terminée arrive le temps de redescendre vers Saint Jean. Impossible de passer à côté d’un petit moment de convivialité au Bar des Halles. Lieu tout d’abord historique de par son architecture, mais aussi magique, et pour beaucoup mythique. Bière ou menthe à l’eau, l’endroit reste l’un des spots les plus prisés, en été, de celles et ceux qui souhaitent se positionner hors du temps. On y a beaucoup dansé en soirée, il fut un temps, celui de Raoul, patron des lieux. On y dansera encore, nous promet-on.
Un dernier verre et ne vous restera plus qu’à tester l’un des restaurants du village, tous d’excellente réputation.

Pour digérer laissez-vous tenter par un petit tour du bourg. À ne pas rater le Pont Vieux, pont roman du XIIIe siècle qui surplombe la Dourbie. Après une bonne nuit “à la fraîche” vous aurez le choix entre les nombreux marchés de pays, et une petite balade sur les nombreux sentiers pédestres. Et si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à aller visiter les innombrables sites d’exception proches de ce village dont l’air pur est devenu, pour tous ceux qui l’ont découvert, une véritable addiction.

Renseignements : ici

LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE MONTPELLIER

Proposé par Gérald Chanques

Professeur au département d’anesthésie-réanimation du CHU de Montpellier, secrétaire général et porte-parole du Comité d’organisation des 800 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier, Gérald Chanques nous parle de la faculté de médecine où il a le souvenir d’épiques batailles de boules de neige…

Descendant la place de la Canourgue, j’allais m’inscrire pour mes études lorsque je découvris subjugué la Faculté de médecine et la cathédrale attenante. Elles ne faisaient qu’une lorsqu’elles avaient été inaugurées en 1367 par un étudiant devenu Pape, Urbain V. Celui-ci avait dépêché les architectes et ouvriers de sa cité d’Avignon pour ériger un “monastère-collège”, bâtiment universitaire aux allures de forteresse : il s’agissait de protéger les étudiants, sur ce terrain collé aux remparts de la ville, en pleine guerre de cent ans et entre deux épisodes de peste noire.

En deuxième année, mes condisciples et moi même déserterons le theatrum anatomicum en plein cours, alors que s’abattait sur la ville une tempête de neige comme Montpellier en connaît tous les dix ans. L’occasion est fugitive disait Hippocrate, on n’allait pas louper cela. La centaine d’étudiantes et d’étudiants quitta le cours préférant faire une bataille rangée de boules de neige, en revivant la croisade des albigeois, les assiégés tirant sur les assaillants du haut des escaliers de la cour d’honneur. Après la bataille vint le réconfort d’un atelier créatif de bonhommes de neige confectionnés pour illustrer une petite anthologie des chansons de garde, dans la pure tradition carabine.

Pour les visiteurs qui flânent dans le quartier la semaine, même si elle paraît imposante, voire fermée, n’hésitez pas à pousser la lourde porte gardée par les statues de Lapeyronie, le barbier-chirurgien devenu médecin, et Barthez, le philosophe des lumières. Le musée d’anatomie, situé dans l’aile construite pour l’accueillir en 1850 le long du boulevard Henri IV (face au jardin des plantes de la Faculté), et le musée Atger (plus ancien musée des beaux arts de la ville, destiné aux médecins pour qu’ils exercent leur sens de l’observation), ne seront pas visibles pour quelques années le temps d’une mise aux normes climatiques, incendie et accessibilité, mais vous pourrez néanmoins surprendre un lieu d’étude encore très vivant (les secondes années y ont cours pour s’imprégner de l’histoire de leur école, et les dernières années pour réviser le concours de l’internat), de même que quelques expositions temporaires.

Peut-être aussi aurez-vous la chance d’assister à une soutenance de thèse en robe universitaire traditionnelle qui se conclut par le chant des internes de Montpellier, la “ferraille”. Vous pourrez découvrir l’atrium et son grand escalier XVIIIe menant à la bibliothèque. Surtout, ne partez pas sans jeter un œil dans la cour d’honneur : sur le mur de gauche vous pourrez lire la légende des siècles écrite par des baies médiévales trilobées, vestiges du XIVe siècle, qui cohabitent dorénavant avec les fenêtres rectangulaires percées à des étages différents au XVII-XVIIIe siècle lors de la rénovation du bâtiment en Évêché, alors qu’il avait été détruit lors les guerres de religion au XVIe siècle. En bas à droite de la cour, longe le choretto de la Cathédrale, vestige du cloître monacal en double rangée ogivale qui faisait le tour du bâtiment au Moyen-Âge : savez-vous qu’on y disséqua précisément ici lorsqu’on déménagea l’Évêque et qu’on y installa l’école de santé après la Révolution, avant de le rendre à Monseigneur en 1823 ? De la rue de l’école de médecine à la place Albert Ier, 650 ans d’histoire et d’architecture universitaire et hospitalière vous contemplent !

Faculté de Médecine – Université de Montpellier (umontpellier.fr), 2 rue de l’École de Médecine, 34000 Montpellier.  

L’HÔTEL LE BELVÉDÈRE DU RAYON VERT À CERBÈRE

Proposé par Anne Bourrel

Cet hôtel-bateau mythique du village de Cerbère dans les PO, fleuron de l’architecture maritime des années trente, se trouvait sur la route des vacances de la romancière Anne Bourrel. Récemment, elle y a invité ses meilleurs amis. 

Au début du printemps, j’ai réuni quelques-uns de mes plus proches amis et nous avons réservé au Belvédère trois grandes chambres avec cuisine, face à la mer.

Enfant, lorsqu’avec mes parents nous partions pour quelques jours de vacances en Espagne ou sur les plages françaises de la côte Vermeille, cette grande bâtisse à l’entrée de Cerbère, je la voyais comme une bouche avalant les rails du train, un bateau aérien lancée à l’assaut des nuages, une maison fantastique habitée par des gens habillés en rouge, été comme hiver.

Quand bien même aurions-nous voulu entrer, à l’époque, dans les années quatre-vingt, l’hôtel n’était pas ouvert au public. Ce véritable fleuron de l’architecture maritime des années trente et tout premier bâtiment en béton armé a même échappé de justesse à la destruction et ne doit son salut qu’au propriétaire actuel qui a fait classer l’hôtel aux monuments historiques.

Les balcons sur la Méditerranée à l’infini, les murs aux teintes effacées, le mobilier ancien, d’origine ou chiné, les carreaux de ciments espagnols et les chaises en plastique créent un décor néo-romantique et romanesque.

On se croirait en vacances chez un vieil oncle sympathique, chez une grand-tante aimante en même temps que dans une page d’histoire. Et les récits du fils de la famille propriétaire, descendant du fondateur, rajoute à cette impression.

Les fumets délicats des banquets du temps où on s’asseyait à table toute une journée, occasion de faire des affaires en attendant que soit délivré le visa pour l’Espagne ont imprégné les murs ; l’odeur des oranges espagnoles, le café à la liqueur, les croquants aux amandes. Ça bruisse de conversations du passé. Fusent des applaudissements imaginaires destinés aux starlettes et autres stars américaines qui se produisirent dans le théâtre rouge et or à la proue de cet hôtel-bateau. Les murs renferment des chuchotements, des éclats de rire, des éclats de voix. Attention, l’endroit n’est pas hanté, mais comme je l’ai su enfant, c’est un hôtel fait pour rêver.

Hôtel le Belvédère du Rayon Vert – Un monument d’exception à Cerbère (hotel-belvedere-cerbere.fr)

Le vieux théâtre réouvre ses portes les 25 et 26 juin prochain. À 20h30, se jouera “L’Eden Cinéma” de Marguerite Duras. Renseignements au 06 76 54 41 40. 

LA VILLA BOULOC EN AVEYRON

Proposé par Vincent Cavaroc

Vincent Cavaroc, le directeur de la Halle Tropisme à Montpellier, nous parle de cet hôtel vintage (ci-dessus) qu’il a ouvert avec des amis dans son département natal de l’Aveyron : “un gite épicurien, une résidence d’artistes et un café culturel estival au cœur du Lévézou, en Aveyron”.

Les amoureux de l’Aveyron connaissent bien l’Aubrac mais probablement moins le Lévézou. Pourtant, à 1h30 de Montpellier, les hauts plateaux du Lévézou trônent à 1000 mètres d’altitude comme un écrin de nature que le temps n’a pas altéré. Au cœur du tout petit village de Bouloc situé à 8 kilomètres du merveilleux lac de Pareloup, l’ancien hôtel-restaurant est depuis peu transformé en grand gite, résidence d’artiste et café culturel estival. La bâtisse est imposante et chaleureuse, et l’aménagement est pensé comme un va et vient entre le passé et le présent. La salle de bar sert de salon, le jardin propose un spa, certaines chambres n’ont pas bougé depuis 1960…

Villa Bouloc, 1 route de Mauriac à Bouloc, 12410 Salles Curan
Toutes les infos ici !

LA BALADE CHANTÉE DU CIRQUE DU BOUT DU MONDE

Proposé par Nadya Charvet

D’origine bretonne, Morgane M. Tréheux vit à Saint-Étienne-de-Gourgas. Elle propose en juillet et en août des balades chantées au Cirque du bout du monde dans le nord de l’Hérault. Le coup de coeur de Nadya Charvet, parisienne, nouvellement installée à Lodève.

Elle est arrivée de Bretagne… quand ? ça n’a plus d’importance aujourd’hui, ce qu’il faut retenir de l’histoire c’est qu’elle habitait petite sur une île battue par les vents, et courrait seule entre les rochers des heures durant. Depuis son enfance, Morgane M. Tréheux vit la Nature comme un prolongement d’elle-même, et si elle sait donner de la voix, puisqu’elle est chanteuse et comédienne, elle préfère 1000 fois se taire et écouter.

Elle habite au (Cirque du) bout du monde, pas très loin, dans le nord de l’Hérault, à la bordure sud du Causse du Larzac, une incroyable corniche dominant de 350 m le hameau de Gourgas. Chaque jeudi, pendant l’été, elle prendra sa belle voix, et vous emmènera au bout du monde, en 1h30 sans se presser, car le bout du monde n’est jamais très loin, lorsqu’on est accompagné par un guide qui connaît le chemin pour y parvenir.

L’approche de Morgane passe par l’écoute et le silence. Rassurez-vous, elle ne va pas vous dire chut tout au long du parcours. Vous n’allez pas non plus accélérer le pas, le temps presse et il n’y a rien d’autre à voir. Bien au contraire. De son enfance immergée dans les bruits de la Nature, elle a gardé le sens de l’écoute, acquis le don, précieux, de dialoguer avec les éléments.

Les sons du cirque et sa voix au creux de votre oreille

Des balades chantées, Morgane en a mis en scène pendant des années, surtout des grands formats, avec des groupes de 70,80 qu’elle conviait à des randonnées-spectacle dont elle était alors le chef d’orchestre. Celle-ci sera plus intime. Elle est prévue pour 10, 20 personnes maximum, se déroulera en chansons, contes, poésies rendant hommage aux cycles de la vie, en lien avec ceux de la nature, alternant la l’écoute des sons naturels du Cirque, et ceux d’une voix “originelle et enchanteresse qui se glisse à votre oreille”.

Ne cherchez pas la sorcière derrière cette proposition, Morgane s’est inspirée de son état de femme enceinte pour inviter dans sa balade des voix de femmes et des chants de traditions différentes. Dernier avertissement : simples spectateurs, passez votre chemin. Marcher au bout du monde derrière une Femme-Nature, demande un peu d’engagement, non pas physique mais sensoriel. Alors prêts à passer le mur du son ?

Tous les jeudi de juillet et août 2021, Cirque du Bout du Monde, à Saint-Étienne-de-Gourgas de 18h à 19h30. Rendez-vous au parking visiteurs, à Gourgas Tout public à partir de 10 ans. Prévoir de bonnes chaussures, une bouteille d’eau, un chapeau. Tarif : 10 euros. Réservations par mail : morganemchante@gmail.com et renseignements ici.

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x