A nos Atrides : la fatalité du mal

Chargement de la carte…

Date/heure
Date(s) - 28/11/2019 - 29/11/2019
20 h 00 min

Emplacement
Théâtre Jean Vilar

Catégories


La Compagnie toulousaine L’Émetteur présente une adaptation de la trilogie de L’Orestie d’Eschyle.

A nos Atrides ! réunit 8 interprètes, femmes et hommes, choeur d’artistes pour interpréter ce dernier volet de la malédiction des Atrides. « Corps, voix, musique et vidéo sont les matériaux de la représentation d’une tragédie qui est celle de de la violence endémique de l’espèce humaine. Cette violence, c’est la nôtre. Les Atrides, c’est nous ».

« C’est la figure d’Oreste, enfant désormais sans parents après le meurtre de sa mère, qui m’a guidé », explique Laurent Perez. Il est le ressort de cette création, pris dans un cycle absurde de fatalité et de folie. On a voulu visuellement construire un espace qui ne soit pas réaliste ou représentatif, pour retrouver un espace mental de questionnement, le sien, le nôtre, et un espace symbolique fort, intemporel. Au plateau il y aura des percussions live, des structures métalliques, du bois, un grand rideau de plastique, dont on pourra jouer pour projeter de la vidéo, faire varier les découpages, l’action ou la circulation des personnages. Une esthétique assez brute, plutôt industrielle où retrouver l’archaïsme comme la modernité« .

Laurent Perez a fait une adaptation des trois tragédies qui composent L’Orestie (« Agamemnon », « Les Choéphores » et » Les Euménides ») en une seule pièce où l’angoisse sourd face à la violence. Le sentiment du tragique éprouvé, de cette horreur indicible qui semble toujours nous environner, nous laisse sans voix : parce que sans mots. La parole apparaît donc comme la seule capacité des humains à rompre le cycle : nommer le Mal, le nommer encore et toujours, pour tenter d’en sortir, pour tenter de tendre vers l’idée du Bien, de tendre vers la Justice, celle des humains, et non celle d’une quelconque providence.

Adaptation et mise en scène : Laurent Pérez
Vidéo et son : Mathieu Hornain et Pierre Comte
Scénographie : Camille Bouvier
Création lumière : Didier Glibert
Collaboration à la mise en scène : Sarah Freynet
Costumes : Alice Thomas
Musique : Roland Bourbon et Mathieu Hornain
Avec : François-Xavier Borrel (le veilleur et Oreste), Roland Bourbon (musique), Agnès Claverie (Cassandre et le Choryphée 2), Clémence Da Silva (le messager et Electre), Régis Goudot (le Choryphée 1), Mathieu Hornain (Egisthe et Pylade), Sylvie Maury (Clytemnestre) et Laurent Pérez (Agamemnon).

Tarif plein : 19 euros.

https://theatrejeanvilar.montpellier.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *