Bulles sonores pour jeunes auteurs au festival TEC

8ème édition de Texte en cours, le festival montpelliérain de lectures de textes « au pupitre » d’autrices et auteurs francophones de moins de 35 ans. Le contexte sanitaire a poussé le festival à se digitaliser en remplaçant les lectures habituelles dans les cafés ou théâtres par des « Bulles sonores ». Des podcasts réalisés par Salut Salut Internet à écouter sur le site et les réseaux sociaux chaque jour à 19h du 23 au 27 novembre.

Depuis 2013, un festival cofondé par des amis d’horizons professionnels différents a lieu à Montpellier. Il existe nombre d’événements culturels et artistiques dans la ville de Montpellier et la métropole. Leur présence fait de ces territoires des territoires de culture et d’arts. Le festival dont je parle s’appelle Texte En Cours. J’ai l’honneur de le co-organiser avec Sylvère Santin et Gabrielle Baille. TEC est un festival de lectures au pupitre donnant à entendre les mots d’une génération d’autrices et d’auteurs francophones de 35 ans et moins. Le festival est né aussi du durable et puissant désir d’entendre et voir des comédiennes et des comédiens donner voix et corps aux paroles et aux histoires. Texte En Cours aime les mots et les acteurs. TEC 2020 est sa 8e édition.

Microphones et textes en cours d’écriture

Comme son nom le suggère, TEC est un festival de textes encore en cours d’écriture au moment de leur mise en voix. Les textes proposés au comité de lecture sont principalement des œuvres écrites pour le théâtre. Cependant la programmation de TEC n’hésite pas à faire entendre de la poésie, du roman, de la nouvelle. L’une des clefs de sa sélection ? Que le texte passe le micro, que le texte possède une dynamique permettant son déploiement sur la scène pour la voix des comédiennes et des comédiens. L’autre clef de sa sélection : des coups de cœur mais aussi des interrogations face à la production théâtrale et littéraire d’aujourd’hui. TEC se veut un laboratoire de ce qui s’écrit et anime aujourd’hui, sur plusieurs continents, la génération des 18-35 ans. TEC met aux oreilles un paysage subjectif de la création contemporaine chez cette tranche d’âge.

Cette année, les œuvres choisies dévoilent les états étonnants d’une élève de collège follement amoureuse, la situation politique et économique en Haïti subie par une sœur et son frère, les désirs et les révoltes des femmes, la façon dont des victimes de violences accèdent ou pas à la réparation de leurs blessures, Ayrton Senna et Pauline.

Un festival francophone ancré à Montpellier

A la suite de chaque appel à projets annuel, l’équipe reçoit une centaine de propositions. Depuis sa création, TEC fit découvrir une centaine de textes, d’écrivains et d’écrivaines se lançant dans l’aventure littéraire et théâtrale. Ces propositions et ces projets sont envoyés depuis les terres de la Francophonie : Europe, Amérique du Nord, Caraïbes, Afrique. De jeunes hommes et de jeunes femmes, inconnus du grand public, adressent parfois leur première œuvre. Rien de plus stimulant que la confiance de leur part à l’égard de Texte En Cours. Rien de plus émouvant que la naissance d’une écriture, d’un style, d’une histoire dont on ne connaît pas encore la fin.

TEC avait choisi de se développer dans l’espace montpelliérain. Les lectures se déroulaient, jusqu’à cette édition, à la brasserie Le Dôme dont Jean-Philippe Perez est le patron, à La Baignoire dirigée par Bela Czuppon, au théâtre La Vignette administré par Nicolas Dubourg, au Hangar Théâtre ainsi qu’à l’ENSAD que conduit Gildas Milin. Les comédiennes et comédiens participant à Texte En Cours sont issus de multiples formations : l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique, les Arts du Spectacle de l’Université Paul-Valéry, l’école La Compagnie maritime, le Conservatoire à Rayonnement Régional, le Cours Florent…Depuis plusieurs années, Texte En Cours fait aussi entendre une traduction en cours d’une pièce étrangère proposée par la Maison Antoine Vitez à Paris par le biais de Christine Schmitt, sa secrétaire générale.

TEC en podcasts pour vos oreilles et le droit de rêver

Jusqu’aux annonces du Président de la République fermant, le 28 octobre dernier, certains lieux d’accueil de public, Texte En Cours préparait une édition semblable aux précédentes. En une dizaine de jours : réagir, changer la forme sans modifier l’esprit du festival ! Les paroles des autrices et auteurs sélectionnés doivent rejoindre les oreilles et les cerveaux. Avec le soutien et l’implication de deux membres de l’équipe de Salut Salut Internet, Cristobal Desconnets et Adrien Reyne, des podcasts sont répétés puis enregistrés, avec l’équipe de comédiennes et de comédiens, du 13 et 17 novembre, à La Baignoire puis au Hangar Théâtre. Des ambiances sonores sont créées. Une autre manière d’écouter la programmation de Texte En Cours est mise à disposition du plus large des publics possible. La parole théâtrale s’adresse aussi, par exemple, aux personnes mal-voyantes.

Ce seront 5 podcasts, des balados comme on dit au Québec, 5 Bulles Sonores de 40 minutes que Texte En Cours mettra en ligne, sur son site et sa page Facebook, à 19 heures, du 23 au 27 novembre 2020. Le programme de chacun des balados, réécoutables à volonté, est composé par l’extrait de 20 minutes d’une des 5 pièces sélectionnées pour 2020, une interview de 10 minutes avec son auteur, son autrice ou sa traductrice, un rapide portrait de ces derniers. Ces balados, TEC les a voulus propres à concrétiser cette merveilleuse suggestion de Gaston Bachelard dans son livre « Le Droit de rêver », 1943 : « La radio comme possibilité de rêve éveillé ». La voix humaine, souple incarnation de la parole, au service de textes inouïs. Pouvoir avoir accès, à tout moment, n’importe où, loin du brouhaha, à ce qu’ont à partager des écrivains et des écrivaines qui parlent de notre humanité.

Texte en cours au travail pour les Bulles sonores au théâtre du Hangar à Montpellier

Equipe de lecture: Cyril Amiot, Hélène De Bissy, Benjamin Duc, Mathilde Jaillette, Dag Jeanneret, Sylvère Santin, Anne-Juliette Vassort, Marie Vires.

Photo 1/de gauche à droite : Cristobal Desconnets, Adrien Reyne, Sylvère Santin, Marie Vires, Hélène de Bissy, Mathilde Jaillette.
Photo 2/de gauche à droite : Anne-Juliette Vassort, Sylvère Santin, Adrien Reyne, Cristobal Desconnets, Benjamin Duc.

 

 

SÉLECTION DE TEXTES EN COURS 2020

de gauche à droite ci-dessus.

AYRTON de Pauline Picot : une histoire de vitesse, de F1, de jeune femme.

CRIER DANS LE DÉSERT d’Erickson Jeudy : Haïti, aujourd’hui, sous le regard d’une sœur et de son frère.

KINTSUGI de Marion Guilloux : deux jeunes femmes, deux parents, la violence contre les enfants, réparer ce qui peut l’être.

NUNUCHE UNDERGROUND de Laure Poudevigne : les amours adolescentes, dans un monde situé entre Richard Brautigan et Tristan et Yseut.

Partenariat avec la Maison Antoine Vitez, traduction en cours:

LA FEMME DANS LA FORÊT (FRAU IM WALD de Julia Haenni), traduction de Katharina Stalder : une virée de femmes questionnant leur existence et agissant dans leur vie.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Armèle Malavallon contre la souffrance animale

Roman noir sur la sauvagerie humaine à l’égard des bêtes et des hommes, « La pire espèce » d’Armèle Malavallon s’ancre dans le temps de la reconnaissance de la souffrance et du bien-être animal.

Lokko

GRATUIT
VOIR