Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sans HMS, c’est une grande partie de la culture émergente et créative qui disparaît

BLOG DES LECTRICES ET LECTEURS

L’arrêt du prêt gratuit de matériel scénique par le Département de l’Hérault aux acteurs culturels a ému dans le monde culturel. Le collectif “Sauvons HMS” raconte, ici, l’accueil fait à une délégation lors d’une session départementale où parmi les 50 manifestants ont été désignés des manifestants pro-palestiniens, des “extrémistes s’attaquant aux élus locaux”.

Des structures culturelles associatives de l’Hérault regroupant des circassiens, comédiens, artistes de rue, musiciens, organisateurs etc. se sont érigées en Collectif “SAUVONS HMS” suite à l’annonce brutale par le Département de l’Hérault, de la fin du service de mise à disposition gracieuse de matériel scénique par HMS (Hérault Matériel Scénique). Tout cela sans concertation en amont avec les principaux bénéficiaires de ce service. 
 
Sans ce service, c’est une grande partie de notre culture émergente et créative qui disparaît sur le département, principalement pour les petites associations. 
 
Suite au silence-radio du Cabinet du Président Kléber Mesquida et du Service Culture, à leurs non-réponses sur nos demandes de rendez-vous et d’explications, nous avons décidés de créer une pétition en ligne, signée par plus de 4500 personnes. Nous nous sommes donnés également rendez-vous à environ 50 personnes, ce lundi 29 avril à 9h30 devant l’hôtel de Département, puisqu’une session publique d’assemblée départementale avait lieu. Nous souhaitions y envoyer 2 ou 3 représentants du Collectif, dont un représentant du SYNAVI, pour exposer nos craintes et notre étonnement, tant sur le fond que sur la forme de ces annonces, et tenter de comprendre les prétextes de fermeture (variables d’un jour à l’autre).
 
Malheureusement, en arrivant sur place, nous nous sommes heurtés à un mur. L’assemblée du Département, normalement PUBLIQUE et ouverte à tous, est subitement passée en mode PRIVÉE avec cordon de sécurité et fermeture des grilles. Nous avons pourtant demandé avec politesse et bienveillance à être reçus au sein de l’hémicycle à 2 ou 3 et parlementé pendant une heure environ avec le chef de la sécurité du département. Vraiment las de ne pouvoir nous faire entendre, nous nous sommes dirigés vers les fenêtres de l’Assemblée avec UN plat à tarte et UN sifflet, + nos voix, et faire (enfin) entendre notre parole ou tout au moins, se rappeler au bon souvenir des personnes siégeant à l’intérieur.
 
2 fourgons de police 
 
L’assemblée départementale étant diffusée en direct, nous avons eu l’extrême surprise d’entendre que Mr Kléber MESQUIDA nous présentait à l’hémicycle, comme de dangereux manifestants pro-palestiniens, des “EXTREMISTES” avec des “tamtams” (“parmi ceux qui sont dehors, il y en a qui sont régulièrement sur la place de la Comédie et attaquent les élus “complices du génocide en Palestine“). Cela montre le degré de considération que le Département porte aux associations culturelles et leurs acteurs, qui font vivre le territoire ET du discrédit qu’il veut jeter sur ceux et celles qui prennent sur leur temps personnel et privé pour défendre l’intérêt général sous la pluie un lundi matin.
 
Rapidement, nous avons eu la sympathique visite de 2 fourgons de police et policiers avec gilets pare-barres, matraques, casques. Une personne des Renseignements Généraux était également présent puisqu’il s’est présenté à nous en médiateur.
 
A la sortie de l’assemblée, 2 personnes siégeant à l’Assemblée étiquette Parti Communiste, sont sortis pour nous informer qu’une autre assemblée aurait lieu le 1er juillet, consacrée à HMS et qu’ils allaient mettre en place une forme soit associative, soit coopérative de ce service. Tout est très flou sur le financement de cette autre structure, et ses futurs membres (collectivités ? autres ?). Aucun autre membre du Conseil Départemental, n’a pris la peine de venir nous parler à la fin. A ce jour, aucune personne ne nous a rappelé pour nous recevoir.
 
 
La pétition, ici
SAUVONS HMS sur Facebook.
“Kléber Mesquida : Nous allons trouver des modalités de pérennisation du système”

Ulcéré par le traitement dans la presse de cette affaire HMS (“la presse n’a qu’une chose en tête : se payer les élus”), le président Mesquida a donné des chiffres lors de cette session départementale : HMS c’est 10 630 pièces (853 projecteurs, 218 micros, des dizaines de kilomètres de câble etc…) pour une valeur estimée à 4,5 millions d’euros. C’est 169 prêts en 2023 pour 49 communes, et 120 compagnies/orchestres et diverses structures culturelles dont “quelques orchestres semi-professionnels” qui, en substance, se font facturer leur prestation aux communes alors qu’ils ne payent pas le matériel.

Est-ce que nous sommes là pour alimenter des semi-professionnels ?” s’est interrogé Kléber Mesquida qui a assuré aux petites compagnies “qui ont besoin de cet accompagnement” que des “modalités de pérennisation du système” seraient trouvées d’ici la fin de l’été 2024. Tout en rappelant “l’illégalité” du procédé (en référence à l’article L 2222-7 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques qui stipule que “les opérations de mise à disposition ou de location ne peuvent être réalisés ni à titre gratuit, ni à un prix inférieur à la valeur locative“). Le président est resté un peu flou sur les chiffres mais, en gros, a-t-on compris, un seuil légal existe pour ce dispositif public qu’il s’agit de ne plus dépasser.

Une sortie de crise sous la pression. 

Le lien pour écouter l’assemblée départementale du 29 avril dernier (à partir de 18mn24), ici.  

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles les plus lus

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x