Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

“Sororité, Sonorité” : 15 femmes pour une internationale d’artistes

Elles sont 15 femmes, elles sont plasticiennes, réalisatrices, performeuses ou chorégraphes et vivent en Nouvelle Zélande, au Congo Brazzaville, aux Etats Unis ou ailleurs. Madjin, franco-canadienne vivant près de Montpellier les a réunies dans une œuvre multiculturelle : ‘’sororité, sonorité’’ à voir sur son site.

BLOG DES LECTRICES ET LECTEURS

Une jeune plasticienne franco-canadienne, Madjin, vivant près de Montpellier a réuni ces quinze femmes dans une œuvre intelligente et multiculturelle : ‘’sororité, sonorité’’ (photo).

Elle présente leurs portraits à travers des récits, photos et dessins qu’elle a elle-même créés, sous forme d’une installation conçue pour pénétrer dans l’univers de chacune de ces artistes. Elle met en avant la puissance de ces liens d’un bout à l’autre de la planète, autour de la notion de sororité.                               

“La fraternité féminine”

La sororité est apparue en 1975 dans les écrits de Benoîte Groult qui la nommait ‘’ la fraternité féminine ’’. Le collectif ‘’ Nous toutes ’’ l’a remis au-devant de la scène, dans le sillage de l’affaire Weinstein puis dans le mouvement #Me Too.

 Être sœurs, c’est être ensemble, plus fortes face aux différentes formes de domination, c’est construire un « nous » à vivre dans une fraternité au féminin. Face à l’individualisme ambiant, ces relations entre artistes sont essentielles.

Les travaux de ces artistes ont trouvé un écho chez Madjin. Certaines appartiennent à ‘ « l’Espace artistes femmes », association créée par Marie Bagi en Suisse pour mettre à l’honneur les artistes femmes. Elles partagent des valeurs et la prise en compte, dans leur travail, des problèmes sociaux actuels tout comme de la question des minorités.

Madjin s’intéresse à leurs parcours, à ce qu’elles ont pu traverser dans leur vie d’artiste au sein de cultures radicalement différentes. En constituant ce réseau, elle a établi avec elles des relations de confiance.

Ne pas se comparer

 L’histoire met en valeur des hommes et oublie régulièrement les femmes. Le travail de Madjin a aussi pour objectif de leur donner plus de visibilité. Le terme sonorité évoque la voix donnée aux artistes femmes à travers le projet.

Il met aussi la solidarité au cœur de ces relations entre artistes, loin de l’esprit de compétition parfois présent dans le milieu artistique. Ne pas se comparer mais au contraire être solidaires, réussir ensemble.

Madjin elle-même est artiste, elle exposera aussi son autoportrait qui constituera la 16e œuvre présentée, elle se reconnait aussi dans les autres parcours. 

Elle réalise des portraits en dessin très réalistes, le public est invité à rentrer dans l’univers de la personne représentée grâce au regard, omniprésent et récurrent dans son travail.

Sa grand-mère était indienne et elle a vécu sur plusieurs continents. Il est évident pour elle que ce réseau de solidarité entre femmes artistes doit avoir une dimension internationale et multiculturelle.

Des échanges à inventer

A Montpellier, un autre exemple de liens de solidarité est donné par Marion Coutarel. Elle participe activement au réseau professionnel de femmes dans le domaine du théâtre ‘’Magdalena Project ‘’ lancé il y a une dizaine d’années.

Le réseau d’artistes créé par Madjin est très récent, mais il témoigne d’un mouvement qui place la sororité au premier plan des relations entre femmes dans le monde artistique. C’est important dans le contexte actuel. Madjin et les 15 autres artistes ont à inventer des nouvelles formes d’échanges et de mise en valeur de leurs œuvres dans un espace mondialisé.

 

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles les plus lus

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x