Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Face à l’extrême droite, les médias indépendants s’engagent

Visuels marquants, gratuité temporaire, éditoriaux, vidéos, enquêtes, debunkage des fausses promesses du RN : centre de ressources et studio pour accompagner les nouveaux médias, Médianes a recensé les initiatives des médias indépendants face à la percée de l’extrême droite en France.

Par Marine Slavitch

Nous y sommes. Dans un climat politique où la dissolution de l’Assemblée Nationale fait suite à une percée sinistre de l’extrême droite aux élections européennes, qui elle-même voit son discours banalisé depuis plusieurs années, les médias indépendants n’ont plus le choix : il faut s’engager, s’organiser, réaffirmer son utilité et parler, parler, parler. Donc imaginer de nouveaux formats explicatifs, adapter sa production éditoriale, indiquer clairement son positionnement.

Certain·es sceptiques pourraient minimiser leur rôle, prétendant qu’ils ne font que prêcher à des convaincu·es. Ce n’est pas tout à fait faux, mais c’est tout de même loin d’être vrai. Ne négligeons pas la profondeur et la portée de l’engagement de médias qui souhaitent faire émerger de nouveaux modèles de société, plus inclusifs, plus égalitaires. Ne négligeons pas ces espaces de résistance et de reconstruction, qui catalysent la prise de conscience collective et renforcent la mobilisation citoyenne. 

Prendre position aujourd’hui, c’est montrer que l’information libre et engagée peut transformer la société. Dans les moments de désillusion semblables à celui que nous vivons, croyons en la capacité de ces médias à toucher les indécis·es, à outiller, à opposer des arguments, à mobiliser collectivement et à imprimer ces discours dans notre société.

Beaucoup de médias, de maisons d’édition et de librairies le font déjà. Nous les avons recensés. D’ici le 7 juillet, cet article est amené à être actualisé régulièrement. N’hésitez pas à nous faire parvenir les initiatives qui passeraient sous notre radar. 

 

Ceux qui adaptent leur calendrier 

  • Le site d’enquêtes sous forme de séries Les Jours bouleverse son programme en mettant en place un direct de trois semaines — un épisode par jour — pour raconter les mouvements politiques jusqu’aux élections législatives. Une série d’articles également découpée et adaptée aux réseaux sociaux, qui se déploie sous la forme d’un fil géant.
  • StreetPress, média d’enquêtes en ligne spécialisé sur les cultures urbaines fait passer FAF, sa newsletter qui décrypte l’extrême droite à une périodicité hebdomadaire.

 

Ceux qui explicitent leur position

  • À Mediapart, Lénaïg Bredoux, codirectrice éditoriale et responsable aux questions de genre et Carine Fouteau, présidente et directrice de publication signent une tribune en faveur de l’union de la gauche face à l’extrême droite.
  • Le média en ligne StreetPress publie un éditorial signé de son rédacteur en chef Mathieu Molard dans lequel il explique à ses lecteur·ices pourquoi et comment le média compte prendre part à ce mouvement. À la fin de cette tribune, StreetPress propose de répondre à un questionnaire afin de recueillir les idées de son audience quant aux actions et projets que le média devrait initier d’ici aux élections.
  • Mosaïque, magazine papier et en ligne spécialisé sur le rap fait le choix du slogan pour prendre position. « Qui peut prétendre aimer le rap sans faire barrage à l’extrême droite ? », affiche le média noir sur blanc sur ses réseaux sociaux, recommandant également de soutenir l’alliance de la gauche. Une référence à des paroles du titre Boxe avec les mots, du groupe Ärsenik : « Qui prétend faire du rap sans prendre position ? »
  • Le magazine en ligne indépendant Grünt, spécialisé sur les cultures hip-hop, publie un communiqué dans lequel il se déclare favorable à ​​« la dynamique d’union engagée par le Front Populaire » afin de ​​« sauver  liberté d’exercer, de promouvoir la culture, de défendre les arts et les artistes ».
  • Pour faire passer son message, le média épistolaire La Disparition consacre une édition de sa newsletter à la situation politique, rappelant les mots prononcés par Léon Blum devant la Chambre en 1936, après la victoire du Front populaire aux législatives et appelant à « resserrer les rangs ».
  • Suite à des repartages de slogans appelant à faire « front (populaire) » contre l’extrême droite, le média d’outdoor Les Others indique avoir reçu des dizaines de messages demandant à sa rédaction de « rester neutre » et « à  place ». Le média en ligne a ainsi choisi d’expliciter sa position dans un post sur Instagram, rappelant les valeurs des Others et la volonté de son équipe de « faire  part pour éviter le pire ».
  • Synth, média en ligne qui explore l’impact de l’intelligence artificielle dans nos vies et nos imaginaires, publie sous la plume de son fondateur Gerald Holubowicz un billet de blog pour questionner les responsabilités de la tech dans le résultat de l’extrême droite aux élections européennes et proposer des pistes d’engagement. Parmi celles-ci : s’engager auprès d’associations, de syndicats ou de collectifs qui luttent contre les dérives de la tech et soutenir les médias indépendants.

 

Ceux qui mobilisent les archives

  • Jusqu’aux élections législatives, les Éditions du commun publieront régulièrement « des extraits de  livres, ceux qui  semblent soutenir l’action et l’organisation politique » et proposent de transmettre leurs textes en format papier ou PDF « aux assemblées qui sont en train de se constituer pour faire gagner la gauche ».
  • Qui de mieux que l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) pour éclairer l’actualité grâce aux archives ? Sur Instagram, l’Institut relève qu’« en 2018, Éric Ciotti, alors député LR, s’opposait à tout accord électoral avec le parti de Marine le Pen. » 

 

Ceux qui font bloc

  • Plusieurs médias, acteurs et actrices du milieu culturel issu·es du rap et des cultures populaires publient une lettre ouverte dans laquelle ils et elles appellent à une « contre-offensive des médias de la nouvelle génération » contre l’extrême droite, le fascisme et toute forme de discrimination. 
  • Costanza Spina, journaliste, auteur·ice et cofondateur·ice du média culturel Manifesto XXI appelle le public à soutenir les médias queers et féministes et ces derniers à s’entraider. « Donner, partager, lire, acheter des médias indés, c’est comme voter. »
  • Les syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT et CFDT Journalistes encouragent les journalistes à se mobiliser et à manifester contre l’extrême droite dans toutes les villes de France. Les syndicats précisent également qu’ils seront « aux côtés de chacune des rédactions et de chaque journaliste qui se verrait victime de pressions politiques ou hiérarchiques sur le traitement de l’information. »
  • Johan Weisz-Myara, cofondateur du média en ligne StreetPress, propose aux entreprises des ressources ainsi que des mises en contact avec des journalistes ou expert·es en capacité d’intervenir auprès de leurs collaborateur·ices sur l’impact de l’application du programme du Rassemblement National sur les entreprises. 
  • La librairie Divergences, fondée par la maison d’édition du même nom, propose de penser son lieu comme « un espace de lutte où se retrouver et s’organiser ».
  • Dans un éditorial de son cofondateur Loup Espargilière, le média sur l’écologie Vert invite ses lecteur·ices à « S’engager, de toutes les manières possibles, dans des collectifs, syndicats, associations, cercles de réflexion, ou partis politiques » et à « Soutenir les médias indépendants qui, depuis leur création, s’engagent contre le péril de l’extrême droite et s’évertuent à faire émerger des alternatives à son projet mortifère. » 
  • Les médias On est prêt sur l’actualité environnementale et sociale ainsi que Voxe, newsletter d’empouvoirement féminin, s’associent dans la création d’une plateforme baptisée « Paumé·es dans ma dissolution ». Celle-ci propose des outils et des ressources pour s’informer sur les enjeux des prochaines élections. 

 

Ceux qui interpellent par le visuel

 

Ceux qui adaptent leur production éditoriale

  • Le média spécialisé sur la santé mentale mūsae indique changer sa programmation éditoriale pour proposer des contenus pour expliquer les liens entre santé mentale et politique, rappeler que s’ériger contre la haine de soi et des autres permet de tisser le lien social et pourquoi il est crucial de faire front populaire. 
  • Le média vidéo Loopsider lance une série de vidéos de debunkage des fausses promesses du Rassemblement National.
  • Booska-P, média spécialisé sur les cultures populaires, lance une série de vidéos de témoignages engagés « d’électeurs et électrices que l’on n’écoute pas » pour inciter à faire front contre l’extrême droite. 
  • Le site de critique média Arrêt sur images a réalisé un direct sur Twitch pendant la conférence de presse du 12 juin d’Emmanuel Macron afin d’analyser le dispositif, les questions et les éléments de langage du président.
  • Mediavivant, qui propose des articles sur scène à Marseille consacre sa prochaine enquête aux médecins méditerranéen·nes qui portent secours au système de santé français et qui seront menaçé·es en cas d’arrivée de l’extrême droite au pouvoir.
  • Sur Instagram, le média épistolaire La Disparition présente trois disparitions à venir si l’extrême droite remporte les élections législatives — le droit du sol et le regroupement familial, le voile dans l’espace public et l’audiovisuel public — et trois choses qui ne disparaîtront pas en cas de victoire de l’extrême droite : la retraite à 64 ans, les violences policières et le nucléaire.
  • La revue féministe La Déferlante annonce consacrer son prochain numéro à la résistance féministe contre les idées d’extrême droite.
  • La newsletter Brief.me rend gratuite son édition sur les résultats des élections européennes.

 

Ceux qui offrent une gratuité temporaire

  • Mediapart a décidé, exceptionnellement, de permettre la lecture en accès libre d’une sélection d’articles qui racontent les menaces que l’extrême droite fait peser sur la France. 
  • “À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles” : le “quotidien d’idées” AOC libère l’accès à ses articles, normalement payant, jusqu’au 1er tour des élections législatives.

Cet article est publié sous licence Creative Commons. On peut l’enrichir en allant sur le site de Médianes, ici

Photo de UNE @Les Jours.

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles les plus lus

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x