Leoluca Orlando : un monstre sacré de la Méditerranée à Cinemed

Costa Gavras en ouverture, André Téchiné en invité d’honneur et un hommage au cinéaste italien Paolo Virzi au programme de ce 41è Cinemed du 18 au 26 octobre. Et le maire de Palerme en nouveau Président.

On n’avait jamais aussi peu parlé de cinéma lors d’une conférence de presse de Cinemed. Il avait découvert les équipes le matin-même, et avait rencontré le directeur Christophe Leparc quelques jours avant : le charismatique maire de Palerme a assuré le show devant un public séduit et généreux en applaudissements [oui, des applaudissements pendant une conférence de presse-événement assez inédite où les élus et autres partenaires étaient venus en force].

Leoluca Orlando a remplacé Aurélie Filippetti, partie discrètement, sans dire au revoir, au terme de trois ans de mandat sincère et engagé à la présidence du festival. Place au célèbre homme politique sicilien, qui a défié le ministre de l’intérieur Matteo Salvini en offrant l’hospitalité aux migrants. Peu de choses quand on a maté la mafia et qu’on y a survécu. Dans la salle Marianne du 6è étage au siège de la Métropole, à Antigone, Leoluca Orlando a rappelé qu’il était 3è sur la liste des hommes à abattre par le boucher Toto Riina : après Paolo Borsellino et Giovanni Falcone, tous deux morts.

Une légende et un homme que Philippe Saurel appelle « Monsieur le Professeur ». « Je dois au maire de Palerme d’être entré dans 2 réseaux : Open Arms (ONG humanitaire espagnole pro-migrants), et d’avoir posé ma candidature au Parlement mondial des maires qui organise son sommet prochainement à Durban, en Afrique du Sud« . Plus que le cinéma, le point commun entre les deux maires, c’est de peser dans une internationale des villes, constituée de divers réseaux d’influence.
Et la Méditerranée : « ce continent d’eau » comme dit Leoluca Orlando. « Nous sommes profondément méditerranéen, a-t-il commenté. Nous voulons faire la démonstration que la maison Méditerranée existe. Qu’être méditerranéen, c’est construire le futur« . Et ce compliment : « Montpellier, grâce à Cinemed, est devenue méditerranéenne« .
Très occupé, le maire de Palerme sera présent au début du festival et pour un débat le 20 octobre intitulé « Pour une politique humaniste d’accueil des migrants » avec Pietro Bartolo, le célèbre médecin de Lampedusa.
Un président politique, symbolique, trop récemment parachuté pour qu’il ait pu laisser la moindre trace dans cette édition. Mais des contacts sont engagés entre la ville du film « Le guépard » [qui possède le seul cinéma de Sicile] et Montpellier.

La programmation :

-Soirée d’ouverture avec « Adults in the room » de Coasta-Gavras sur la crise grecque, le 18 octobre à 20h30 à l’Opéra Berlioz.


-Soirée de clôture avec « Seules les bêtes » de Dominik Moll, le 26 octobre à l’OB avec Laure Calamy (série « Dix pour cent »).

-12 avant-premières dont « La belle équipe » de Mohamed Hamidi avec Kad Merad, Laure Calamy, Sabrina Ouazani. Ces deux actrices étant présentes. Le 22 octobre à 19h à l’OB.

-9 films en compétition (catégorie long-métrages) dont « Deux » de Filippo Meneghetti avec Barbara Sukowa et Léa Drucker. Portrait d’un couple de femmes retraitées amoureuses, tourné dans la région. Plusieurs projections (voir programme).

-André Téchiné, invité d’honneur. De nombreux films projetés, une masterclass, un documentaire sur « l’un des plus grands cinéastes français vivants ».

-Paolo Verzi, « le nouveau maestro de la comédie italienne ».

-Mohamed Hefzy, « l’homme qui a révolutionné le cinéma égyptien ».

-« Anna Magnani, actrice éternelle ». Hommage à la diva italienne du cinéma néo-réaliste. Films et rencontres.

Renseignements : https://www.cinemed.tm.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *