Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La grande histoire d’Ubisoft Montpellier racontée

Croquis, maquettes, vidéos, œuvres originales et inédites : c’est l’hommage d’un géant à un autre. L’ESMA, une des meilleures écoles mondiales d’animation 3D accueille le prestigieux studio UBISOFT pour dérouler le fil de son histoire à l’occasion de l’exposition Ubisoft : Une Odyssée Montpelliéraine. Un événement qui a pour but de montrer la force montpelliéraine dans ce secteur et d’attirer étudiants et entreprises sur le site de la Cité créative.

 

 Des œuvres inédites encore jamais présentées

“L’exposition débutera par une frise chronologique grande de 17 mètres, qui narrera la création d’Ubisoft Montpellier. Comment il s’est construit, par qui, et avec quels outils. Elle comptera une douzaine de vidéos d’interviews avec tous les membres créatifs du studio.”

Ces propos de Vincent Bobé, responsable de la communication d’Ubisoft donnent un aperçu de ce qui sera le sel de l’exposition : raconter l’histoire du studio montpelliérain à travers certaines de ses licences culte, comme Rayman, Les Lapins Crétins, ou encore Beyond Good and Evil. Pour cette rétrospective, Ubisoft a fait appel à un spécialiste pour en assurer le commissariat : Jean Zeid, chroniqueur jeux vidéo, ex-journaliste à France Info, et auteur d’ouvrages importants (Game, Art & jeux vidéo, Replay).

Dans le Hall du Campus créatif, inauguré en septembre dernier, qui regroupe 4 écoles avec l’ESMA comme vaisseau amiral (relire l’article de LOKKO à ce sujet), 160 œuvres seront exposées : des dessins préparatoires, des archives, des mascottes, des installations immersives ou des modules vidéos dévoilant des cinématiques des jeux estampillés Ubisoft. Une spécialité du pôle montpelliérain basé à Castelnau (photo ci-dessous) : “Nous produisons 80 % des cinématiques de tous les AAA du groupe Ubisoft monde (ou Triple A, comprendre : les jeux vidéo à gros budget de développement et de promotion). C’est une spécificité montpelliéraine”.

Si cette rétrospective est inédite, certains travaux dévoilés le seront aussi. “Des images du plus gros projet actuel de co-développement d’Ubisoft : Beyond Good and Evil 2 seront ainsi dévoilées”, promet Laurent Michaud, chargé du développement du groupe ESMA (notre photo à la UNE). La Halle Tropisme, voisin du campus, prêtera aussi ses locaux pour l’occasion, puisque des stands de jeux des œuvres présentées permettront à certains de retomber en enfance.

Montrer les atouts du secteur des ICC à Montpellier

Communiquer sur l’attractivité du pôle du jeu vidéo montpelliérain et sur les velléités de prospérité de la Cité Créative, voici les objectifs de cette exposition. “Créé en 1994, Ubisoft Montpellier crée 140 emplois depuis deux ans, et regroupe 14 nationalités”, chiffre Laurent Michaud. Le studio représente un débouché important pour les jeunes diplômés de l’ESMA, et de l’ETPA (École du Jeu Vidéo Montpellier), deux des quatre écoles qu’accueille le Campus Créatif (photo ci-dessus) sur les anciens terrains militaires de Montcalm rebaptisés Cité créative, un futur spot européen des Industries culturelles et créatives. Ainsi, deux sections proposées intéressent les studios comme Ubisoft Montpellier : la section animation 3D, où les étudiants formés à l’ESMA vont travailler dans les studios de développement sur les cinématiques, et ceux formés à l’ETPA, qui seront les futurs infographistes, programmeurs, game designers, level designers, ou narrative designers de demain.

Un vernissage de l’exposition aura lieu en amont, le 3 février prochain, avant son lancement le 5 février, et ce, jusqu’au 7 mai dans le hall du Campus Créatif, en entrée libre.

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles les plus lus

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x