DES ATELIERS GOOGLE POUR UN MONDE MEILLEUR

Google a ouvert des Ateliers Numériques à Montpellier, pour offrir des formations aux habitants de la métropole… Google ? Un centre de formations gratuites ? Intriguée, je décide d’assister à quelques-uns de ces « Ateliers Numériques ».

Atelier « Culture de l’innovation »

J’arrive à la French Tech. Pas besoin de se battre pour une place : nous ne sommes que 4 à vouloir découvrir la culture de l’innovation de Google. Trois hommes d’une cinquantaine d’années, et moi. Avec mes 21 ans, j’ai un poil l’impression d’être l’intruse ! L’intervenant doit avoir le même âge que moi, tout comme ses collègues au sweat Google bleu. Pourquoi ont-ils employé exclusivement des jeunes ? 

La formation commence. Les slides s’enchaînent, exposant les innovations de Google, et vantant leur manière de travailler. Des citations impactantes telle que « We need to fail faster » (« On a besoin d’échouer plus vite », ndlr) passent sur l’écran. Une manière percutante de présenter la culture de l’échec, très présente aux Etats-Unis [mais peu en France] qui pousse à essayer, innover, entreprendre, sans se poser trop de questions. Rater n’est pas une fatalité ! Au siège américain de Google, les employés ont une scène entière pour raconter leurs échecs, et ce que ça leur a apporté. Un one man show pour lever la peur d’expérimenter des salariés… Bravo d’avoir raté !

« L’innovation, fallait y penser, et pour y penser, il fallait être dans un environnement qui le permet », assène l’intervenant. Au siège parisien du géant numérique, les locaux contiennent une cuisine où chaque employé se voit offrir des repas gratuits… pour favoriser les échanges, alimenter les discussions qui forgent l’émulation. Une façon de faire naître une ambiance amicale en partageant des idées débridées. D’ailleurs, Google ne focalise pas ses salariés sur des projets Google : on leur permet de travailler sur leurs propres projets : 20% du temps de travail peut être consacré à des envies personnelles, sans lien avec les objectifs et missions de Google !

L’innovation, c’est un jeu d’enfant avec les moyens démesurés de Google. Le « G » de GAFA propose des outils dans tous les secteurs du numérique, aux entreprises et aux particuliers, mais développe aussi des projets de voitures autonomes, d’accès à l’art via la numérisation, de satellites pour apporter Internet sur tout le globe terrestre voire sur Mars, de téléphones et d’appareils pour maison connectée, dont… [accrochez-vous] des vidéos de surveillance pour l’intérieur et l’extérieur de votre maison. Pourquoi se contenter de recueillir des données via Internet quand on peut espionner les gens directement chez eux ?

A côté de ces productions plus ou moins rentables, Google s’est donné l’image d’une firme philanthrope. Le « Google Impact Challenge » propose une bourse aux associations qui veulent bâtir « un monde meilleur ». Un autre concours, le « Google Science Fair », permet aux jeunes entrepreneurs de 13 à 18 ans de remporter des bourses. Le géant américain semble mener des projets magnifiques qui aident énormément de personnes… Pour nous amadouer ? Je tente de demander quel est l’intérêt de Google dans tout cela… « Construire un monde meilleur » me répond, les yeux pleins d’étoiles, l’intervenant.

Atelier « Google pour les associations »

Google a développé un programme spécialement pour les associations : « Google pour les associations ». Ce programme, gratuit de A à Z, comporte plusieurs volets, qui varient selon les pays où l’association réside : G Suite (un ensemble d’outils dont Gmail et Google Docs), Google Earth, Google Maps, Google Ad Grants, Google Space, etc.

Attardons-nous sur 2 des cadeaux du géant américain aux associations. Le premier, le Google Space, permet de tourner des vidéos professionnelles au siège parisien de Google, dès que l’association a atteint 1000 abonnés sur sa chaîne YouTube. Un sacré coup de pouce ! Mais ce n’est qu’une miette de pain à côté des Google Ad Grants. Ce second présent accorde des crédits d’une valeur de 10 000 USD/mois (environ 9 000€) à chaque association. Ces crédits s’utilisent pour diffuser des annonces qui s’affichent avant les autres résultats lors des recherches Google.

Ah ! Vous aussi cela vous fait tiquer ? 9000€ offerts par mois pour faire sa pub ! Google ne lésine pas sur les moyens pour… nous rendre dépendants de ses outils « gratuits »… L’intervenant montpelliérain précise que ce programme n’est pas destiné aux seules associations, mais à toutes les organisations non-lucratives. Cela signifie que les écoles, facultés, etc., peuvent aussi en bénéficier. Une façon « philanthropique » d’orienter ces établissements vers des appareils et applications détenus par le géant américain. Mais qui est à l’aise avec l’immersion de nos enfants dans les outils Google ? On ne peut pas savoir si leurs intentions sont bonnes, ni réagir s’il s’avère que ce n’est pas le cas. Il n’y aurait probablement aucun problème à la puissance et l’hégémonie de Google si l’on disposait de contre-pouvoirs de même ampleur. Mais ce n’est pas le cas.

Atelier « Développer son projet personnel »

Pour cet atelier, Google s’est associé avec Ticket for Change (« une école nouvelle génération pour acteurs de changement », ndlr), lauréat du Google Impact Challenge 2015. Un renvoi d’ascenseur ? L’atelier débute par un « ice breaker » où chaque participant dit son prénom, et l’application qu’il serait s’il pouvait être une application. Moi, je serais Trello, sans qui je serais déjà morte ensevelie sous mes projets.

L’intervenant explique ensuite les différentes étapes pour lancer un projet sur de bonnes bases. Il cite même Einstein ! Je suppose que ça donne une certaine légitimité à son propos. Et c’est inspirant. On forme des petits groupes pour que chacun puisse travailler concrètement sur son projet. Une chose retient mon attention. L’intervenant nous propose des outils, dont plusieurs en open source : canvas, empathy map, etc. Quel est l’intérêt pour Google de nous orienter vers des outils qui ne lui appartiennent pas ? Cette formation est d’une qualité indéniable. Google serait-il en train de se créer une communauté d’apprenants et d’ambassadeurs ? De nous fidéliser en montrant patte blanche ? Les questions fusent dans ma tête. Suis-je en train de devenir paranoïaque ?

Atelier « Développer sa notoriété grâce à Youtube »

Ah ? Vous ne saviez pas que YouTube appartient à Google ? Bienvenue dans un petit monde ! Ici, l’intervenante nous livre des conseils sur les façons de procéder en tant que youtubeur. Quelle fréquence de vidéo adopter, quels types de vidéos faire pour engager son audience, faire du teasing, définir son identité, etc. Elle nous prévient néanmoins : « On peut gagner de l’argent sur YouTube, mais il y a des règles, et elles peuvent changer, c’est le jeu. »

Je sors de ces 4 ateliers mi-fascinée mi-terrorisée. Et j’ai cet adage qui ne sort pas de ma tête : « quand c’est gratuit, c’est toi le produit. »

 

GOOGLE ATELIERS NUMERIQUES 

https://events.withgoogle.com/ateliermontpellier/

Adresse : French Tech, 1 place Francis Ponge, 34000 Montpellier

Pour aller plus loin 

https://www.meta-media.fr/files/2017/12/METAMEDIA-C14.pdf 

Et aussi : https://iampox.com/blog/comment-se-debarrasser-de-google

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *