Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’appel de Montpellier et le Tiers-État
de la culture

Le journaliste Frank Tenaille (*) a publié dans Médiapart ce texte d’analyse du succès de la manifestation du 23 janvier qui a rassemblé 2000 personnes à Montpellier sous le titre “L’appel de Montpellier et la culture face à son destin”. Même si Nathalie Garraud, co-directrice du Centre dramatique national de Montpellier, a salué dans “Midi-Libre” cette initiative “qui complète le travail militant que nous menons avec nos syndicats”, une fracture s’est exprimée, à cette occasion, entre ce qu’il appelle “Le Tiers-État de la culture” et les grandes institutions subventionnées.

 

 

« L’Appel de Montpellier » à la mobilisation pour la Culture, lancé le 23 janvier par un collectif d’acteurs culturels réunis à la Carmagnole (espace coopératif alternatif et solidaire) a été un coup de tonnerre politique et esthétique.
Il a suscité un écho tout à fait inédit par ce qu’il a révélé d’attentes déçues, d’énergies bridées, de colères rentrées, d’appétits de vivre. Du Corum (où fut lue une lettre d’Ariane Ascaride, couplée à la performance chorégraphique solennelle des Essentielles), à la Place Salengro (où se tint trois heures durant un forum culturel), plus de 2000 personnes ont exprimé leur volonté d’en finir avec la situation inique et mortifère imposée au monde de la culture et des arts.

Une fraternité d’artistes

Une mobilisation entre gravité et esprit festif portée par les visages heureux, les encouragements, des Montpelliérains rencontrés au long d’un cortège qui traversa le centre ville accompagnés par des fanfares porteuses d’une vieille tradition fédérative.
Oui ce jour là la ville était belle qui sortait de sa torpeur sous un ciel bleu au rendez-vous, avec des notes de musique, des éclats de voix, et le trop plein de verbe lancés au vent par une fraternité d’artistes (danseurs de tango, poètes, slameurs, tenants du hip-hop ou de la musique occitane, comédiens, marionnettistes, chanteurs, musiciens, plasticiens…).
Une surprise d’autant plus grande que l’Appel a pollinisé bien au-delà de la métropole languedocienne, que ce soit en Occitanie ou en France, jouant de sa viralité heureuse par les chaînes des réseaux du spectacle vivant.

Le silence des féodalités culturelles

Pour autant cette sortie d’hibernation forcée a aussi révélé une césure entre ce que l’on pourrait appeler le Tiers-Etat de la culture et un autre secteur qu’on dira plus en cour, plutôt frileux depuis le début de la pandémie. Ce hiatus s’exprimant à « Montpellier-la-surdouée », ville dotée par feu Georges Frêche de grosses féodalités culturelles, par le silence des personnalités qui les incarnent.
Est-ce à dire qu’à la faveur de la Covid et de ses conséquences, se dessinent de nouveaux enjeux en rupture avec un monde d’avant ? En tout cas, d’aucuns, en tout cas, n’ont pas manqué de relever qu’une certaine (C)ulture condescendante devra descendre de son piédestal et se coltiner le réel social, celui incarné par une culture ouverte riche de son hétérogénéité.
Celle des droits culturels inscrits dans la loi NOTRe. Celle de l’Education populaire. Celle de « l’excellence pour tous » défendue jadis par le Sétois Jean Vilar. Celle de pratiques culturelles et d’arts en archipel, liées aux mémoires, aux présents et aux futurs des communautés. Façon de faire humanité ensemble et rendre à l’action publique sur ces registres sa vocation citoyenne. Façon aussi de redonner corps à cette « exception culturelle » que le monde nous envie et qui après avoir résisté aux assauts de l’industrie de l’entertainment pourrait cette fois se voit vidée de sa substance.

L’effacement de la culture au profit de l’artefact numérique

Si « L’Appel de Montpellier » a aussi eu un impact au delà de son périmètre initial, c’est que partout en France, l’assignation à domicile de la création, la paupérisation accélérée des métiers de la culture et des travailleurs précaires, la fermeture annoncée de lieux petits ou moyens, l’oubli des publics en souffrance, l’effacement de la culture au profit de l’artefact numérique, produisent les mêmes dégâts économiques, psychologiques, sociétaux. Et suscitent le même refus d’accepter cette fausse évidence d’une quarantaine prolongée, attentatoire in fine aux libertés publiques.
D’autant plus qu’à travers l’épreuve planétaire de la pandémie c’est tout un système caduc basé sur « l’homme maître et possesseur de la nature » qui est ébranlé. Tout comme l’illusion d’un retour au monde consumériste d’avant servie par la philosophie hors sol des Gafam. Façon de dire que la période qui s’ouvre suscitera d’autres récits et d’autres imaginaires, précisément des terrains sur lesquels les artistes ont quelques légitimités.

 

“Une Carmagnole confinée, une Carmagnole masquée mais une Carmagnole motivée”
A regarder, l’intéressante émission sur la chaîne Youtube de La Carmagnole, avec Anaïs du collectif “Les Essentiels”, Patrice Barthès, “maestro de tango”, un représentant du SFA-CGT , Cécile et Grégoire des Fanfarov, fanfare de l’est des Beaux-arts de Montpellier et enfin HK & les Saltimbanks.

 

Photo 1 : le collectif Les Essentiels, le 23 janvier devant le Corum @Ananda Photo-Factory

Photo 2 : le tango de Patrice Barthès et Audrey Anselmi, sur la place Salengro, le 23 janvier @ricardparreir

 

(*) Journaliste spécialisé dans les musiques du monde, Frank Tenaille est le fondateur du réseau Zone franche, association de professionnels des musiques du monde. Conseiller artistique de nombreux festivals, membre de l’académie Charles-Cros, on lui doit plusieurs livres dont “Bedos, histoire d’un rire” (Seghers), “Le Printemps de Bourges” (Gallimard), “Le Swing du caméléon, musiques africaines 1950-2000” (Actes Sud), “Musiques et chants en Occitanie” (Le Layeur). Résident à Sète, il est actuellement directeur artistique du Chantier, un lieu de création consacré aux nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde à Correns, dans le Var.

Print Friendly, PDF & Email
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Mazy Michelle
Mazy Michelle
7 mois il y a

ça fait du bien d’entendre cette émission et de constater cette solidarité
ça fait du bien d’entendre converser les VRAIS GENS
et en même temps on a peur pour APRES …

Chatverre Annie
Chatverre Annie
6 mois il y a

On comprend votre désespérance
Cette situation est insupportable pour Vous et Pour nous
Que le temps perdu ne se rattrape pas , ( théâtre de Sete et sa banderole ) Soutien total

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x