Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les réseaux sociaux, c’est abusé : des collégiens font leur cinéma !

Beaucoup de monde dans le hall de l’Opéra, le 10 juin dernier. Une foule plus bruyante et plus jeune que d’habitude. A la fois ravis et blasés, conquérants mais timides, ces adolescents du collège de l’étang de l’Or à Mauguio ont été invités à présenter leurs vidéos sur le thème des réseaux sociaux à partir de l’opéra « Denys et Katia », sorte de Roméo et Juliette sur Instagram…

 

 

Au début de cette aventure, il y a un opéra : « Denys et Katia », composé par Philippe Venables (récompensé par le prix Fedora Generali en 2019 destiné à accompagner les talents émergents et les créations lyriques d’excellence). Il raconte le destin tragique de deux adolescents en cavale. Créé en 2019 à Philadelphie et encore jamais donné en France, il s’inspire d’un fait divers qui a bouleversé la Russie où des Roméo et Juliette des temps modernes ont posté les derniers jours de leur vie sur le net sous le regard voyeuriste de milliers d’internautes. Annulé pour cause de pandémie, la première française de cet opéra est programmée en juillet pendant le Festival de Radio France.

En lien avec cette production, l’Opéra Orchestre de Montpellier a lancé en 2020 un projet dans le cadre des missions pédagogiques dédiés aux adolescents. Ce projet créatif  autour des réseaux sociaux a été ciblé et limité à une seule classe et un seul établissement scolaire a été retenu. C’est pendant le premier confinement que Philippe Gaches, professeur d’enseignement musical au collège de l’étang de l’Or à Mauguio, a rédigé sa lettre de motivation. C’est son projet qui sera sélectionné par l’équipe de l’Opéra Orchestre.

Richesse et dangers des médias

« La vie au travers des réseaux sociaux, richesse et dangers des médias » : tel est le thème autour duquel s’articuleront toutes les étapes. « Cette classe de 4ème , je l’ai choisie pour ses capacités de créativité et franchement ils ont été persévérants et impliqués » s’est félicité l’enseignant qui a dû composer avec les multiples confinements et déconfinements qui ont rythmé toute l’année scolaire.

Le premier challenge est de taille : écrire un scénario cohérent ne dépassant pas une minute et demie, imaginant une fiction autour des réseaux sociaux. Avec Audrey Brahimi et Justine Sumi, les élèves ont concocté de véritables storyboards. Deuxième pari plus technique : créer une bande-son destinée à accompagner les images. Son  objectif : composer  un support signifiant mais jamais illustratif. Julien Guillamat, compositeur et spécialiste en musique électro-acoustique, a accompagné les élèves dans leur démarche de création. « Je salue l’implication de leur enseignant de musique, a t-il confié à LOKKO. C’est un travail énorme qui a été fourni et franchement j’ai pris plaisir à ce projet. Les élèves ont vraiment quitté leur zone de confort pour rentrer dans le cadre des exigences sonores. »

Mars 2021, il faut se rendre à l’évidence : les sessions de tournage et d’enregistrements  prévues au sein de l’Opéra Comédie n’auront pas lieu. Le virus se moque des processus créatifs, les contraintes sanitaires revoient les ambitions à la baisse. Une déception de taille qui prive les élèves de l’aide des techniciens de l’Opéra mais personne ne baisse les bras . »C’est toujours intéressant de devoir s’adapter, souligne Philippe Gaches, et franchement, j’ai été bluffé par la réactivité des équipes de l’Opéra et par la persévérance des gamins. »

Tout se fera donc au sein du collège: le choix des décors, les prises de vue, les tournages. Les dernières étapes décisives : prises de vues et montage s’organisent avec l’aide d’Audrey Brahimi. « Ils sont très pros, leur minutage était d’une précision redoutable : telle scène devait faire 31 secondes, ni plus ni moins » précise-t-elle. « Avec Julien Guillamat, complète leur professeur de musique, ils ont travaillé  l’injection des pistes sonores sur leurs images, un travail que je poursuis au fil des ans pour faire comprendre l’importance d’une bande-son qui délivre son propre message, un véritable contrepoint créatif » :

Les films sont drôles, touchants

Première surprise, tous les thèmes choisis ciblent un usage envahissant ou dangereux des médias. Libres de choisir leur angle d’attaque, les adolescents ont dénoncé le miroir aux alouettes voire le piège mortel d’internet. Même si tous reconnaissent un usage quotidien des médias sociaux, ils en dénoncent les aspects négatifs déjà côtoyés pour certains. La solitude face aux écrans, le cyber harcèlement, l’homophobie, les prédateurs ou encore les vies  rêvées des influenceuses de pacotille, autant de thèmes traités avec humour et sensibilité. Les films sont drôles, touchants, et d’une technique volontairement fignolée. Pas toujours à l’aise dans le difficile exercice de la prise de parole mais impliqués, leurs films parlent pour eux avec maturité et créativité.

 

Ces films seront très rapidement visibles sur le site de l’Opéra et celui du collège de l’Etang de l’Or.

Print Friendly, PDF & Email
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x