Family Piknik obtient l’asile électronique à Lunel

En disgrâce à Montpellier, le festival de musique électronique montpelliérain va aider Lunel à chasser ses démons, les 31 juillet et 6 et 7 août prochains. Mais le méga festival, désormais éclaté sur plusieurs sites, encaisse le coup.

Après des mois de flou, c’est donc Lunel qui décroche le trophée. La petite commune située à une demi-heure de Montpellier accueillera trois dates de cette édition 2022 au coeur des arènes sableuses Francis San Juan, le 31 juillet, et le week-end des 6 et 7 août, le closing du festival se tenant aux arènes de Béziers le 1er octobre.

Installé à Montpellier depuis 2012, le Family Piknik range les caissons après 9 années de liesse devant quelques-uns des plus grands noms de la scène électronique mainstream mondiale. Le dialogue avec la métropole de Montpellier s’est complètement grippé. En cause : une convention de partenariat datant de 2018 qui assurait au festival un accompagnement technique et logistique sur le site de Grammont mis à disposition gratuitement (nettoyage du site, installations de barrières, de toilettes, d’accès à la fibre, à l’eau et à l’électricité).

Selon le créateur du festival Christophe Gimenez, alias Tom Pooks, le deal a été réduit drastiquement. Désormais : une proposition sur trois jours avec une simple mise à disposition gratuite du site sans aucune aide, ni subvention, au lieu d’une formule sur quatre jours et deux week-end complets.

Pour Tom Pooks, grande gueule et figure emblématique du genre, le désenchantement n’est pas feint. Il a enchaîné communiqués indignés tandis que la ville faisait le gros dos. Le dialogue n’était pas chose aisée sous Philippe Saurel. Aussi quand Michaël Delafosse a été élu, Tom Pooks s’était senti “super heureux, rêvant d’une bonne relation un peu comme celle entre le créateur des Nuits Sonores et la maire de Lyon” a-t-il confié à LOKKO. Si la pandémie avait empêché la tenue de l’édition 2020, l’édition 2021, pourtant couronnée de succès, avec un compteur affiché à 11 500 festivaliers, ajoutée à un Live en avril sur le toit du Corum, donnait de bons signaux pour 2022. Il s’agissait de voir plus grand pour les 10 ans du festival.

Mais l’autoroute du son alors espérée s’est finalement transformée en un parcours semé de herses. Septembre 2021 : Tom Pooks démarre les négociations avec la collectivité en suggérant une multiplication d’événements, et de transformer l’un des espaces habituellement exploités sur le domaine de Grammont, en un lieu culturel pérenne et exploitable toute la saison. Tom Pooks rêvait d’une résidence hebdomadaire en plein air, chaque dimanche de l’été, baptisée “Family Sundays” avec plusieurs centaines de contrats de travail à durée déterminée en 2021.

Le 10 février 2022, un post Instagram de la page du festival claque : “Après des mois et des mois d’échanges stériles, la ville de #Montpellier nous a appris il y a quelques jours qu’elle souhaitait se désengager de notre festival #FamilyPiknik en mettant fin à la convention de partenariat qui nous assurait jusque-là un accompagnement technique et logistique absolument nécessaire à l’exploitation du lieu (Grammont) qu’elle nous met à disposition depuis 2018”. Le glas d’une coopération marquante pour Montpellier. Le milieu électro écarquille les yeux.

La mairie n’a pas suivi Tom Pooks dans son trip. Son offre ferme prévoyait un accueil sur le site durant 3 jours, au mois d’août, sur le même format que l’édition réduite de 2021 pour cause de Covid. Il n’était pas question de s’aventurer davantage dans le soutien à cet événement disposant d’un “modèle économique propre” (billetterie, buvette…). “D’autres salles sont aidées, alors qu’elles génèrent également des entrées en billetterie : Tropisme ou Victoire 2”, peste Tom Pooks. Pour la direction culturelle, la manifestation à la réputation sulfureuse ne coche pas les cases de l’intérêt général, ce qui est toujours une affaire d’appréciation.

Assez vite,  Family Piknik est dragué par d’autres villes. Sète, très réactive, s’anime pour chercher un lieu. Hélas aux dates demandées par le festival, le théâtre de la mer est pris. “Nous avions deux cibles prioritaires. Nous sommes allés voir Sète en catastrophe, mais la ville s’était déjà engagée sur son planning de festivals estivaux. Le lieu proposé n’était pas assez fun selon nous, et ne pouvait accueillir qu’une capacité limitée à 1 500 personnes. D’autre part, Lunel s’était déjà manifestée, leur accueil m’a consolé et c’est cette commune qui a finalement remporté le trophée de cette course à la réalisation 2022 du Family Piknik…”

Lunel ouvre ses bras : Family Piknik va doper ses nouvelles arènes flambant neuves, particulièrement bien équipées (photo ci-dessus). La manifestation va aider à chasser les vieux démons du passé. On le sait, la ville a eu la sinistre réputation d’être une terre de candidats au Djihad. Les problèmes sociaux sont lourds. “Le Family Piknik va faire rayonner Lunel. Il y a des enjeux culturels, touristiques, et de développement économique énormes”, s’enthousiasme Stéphane Dalle, 1er adjoint au Maire de Lunel.

Tom Pooks s’est rallié un peu contre son gré à cette édition de sauvetage en multi-sites. Les Arènes de Béziers mises à l’honneur lors d’un événement ponctuel l’an passé (pour compenser le rétrécissement de l’édition montpelliéraine 2021 en pleine pandémie) ont participé à faire germer l’idée dans la tête du créateur qu’un autre format était possible, quand bien même il réduisait l’atmosphère familiale d’un site unique. Mais les 5 000 places que permettent les arènes sont moindres, comparées aux quelques 20 000 possibles au Domaine de Grammont. L’ambiance végétale et aérée du terrain montpelliérain, prisées par les familles, sera troquée pour une structure plus minérale, et délimitée. Enfin, comment ramener plus de 15 000 festivaliers, dont 65% ne viennent pas du département (et dont une part non négligeable vient du Royaume-Uni, d’Espagne et des Pays-Bas) à Lunel, loin de l’Aéroport Montpellier Méditerranée ?

Fort d’une excellente programmation (lire ci-dessous), Christophe Gimenez espère que ce format de 4 dates avec des jauges plus réduites, permettra des ambiances sonores différentes : “Nous avons dû nous réadapter face à la situation en proposant un lieu davantage propice au format concert, explique-t-il à LOKKO. Et on travaille avec la ville de Lunel sur un autre lieu, plus proche de l’ambiance initiale du festival, non loin de là, habituellement déconseillé pour recevoir du monde. Mais nous l’avons déjà investi par le passé, et les discussions concernant ce projet sont actuellement en cours.”

Une année de transition forcée pour un nouveau Family Piknik ?

L’édition 2022 ouvrira le 31 juillet aux arènes de Lunel, avec Hernan Cattaneo (photo), le David Guetta argentin, avant le gros morceau des 6 et 7 août, avec Charlotte de Witte, Richie Hawtin, Whomadewho ou Guy Gerber. À noter, deux autres rendez-vous pourraient s’ajouter : les 13 et 14 août, dans ce lieu encore tenu secret, pas loin de Lunel, et le 1er octobre, aux arènes de Béziers.

En savoir + : Family Piknik Festival – Montpellier

Print Friendly, PDF & Email
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
pierre
pierre
6 mois il y a

Une arene pour un festival de musique electro, wow, carrement genial, ça donne trop envie! 🙂 J’imagine qu’une plage, c’etait trop compliqué….

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x